Conseil consultatif : La parole aux jeunes

Conseil consultatif : La parole aux jeunes

L’organe est prévu par la Constitution de 2011

Le Conseil émet principalement des avis sur toutes les questions qui lui sont soumises par SM le Roi, le gouvernement et les présidents des deux Chambres.

La nouvelle Constitution du pays entrée en vigueur en 2011 a été pensée pour donner un nouvel élan à la société entière. La jeunesse marocaine, constituant une part importante de la société, a eu droit à un intérêt particulier. La Constitution a voulu mettre en place un mécanisme donnant la parole aux jeunes. Dans ce sens, l’article 33 stipule qu’il «incombe aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures appropriées en vue de : Étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays; Aider les jeunes à s’insérer dans la vie active et associative et prêter assistance à ceux en difficulté d’adaptation scolaire, sociale ou professionnelle ; Faciliter l’accès des jeunes à la culture, à la science, à la technologie, à l’art, au sport et aux loisirs, tout en créant les conditions propices au plein déploiement de leur potentiel créatif et innovant dans tous ces domaines. Il est créé à cet effet un Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative». Plus loin encore, l’article 170 dispose que «le Conseil de la jeunesse et de l’action associative, créé en vertu de l’article 33, est une instance consultative dans les domaines de la protection de la jeunesse et de la promotion de la vie associative.

Il est chargé d’étudier et de suivre les questions intéressant ces domaines et de formuler des propositions sur tout sujet d’ordre économique, social et culturel intéressant directement les jeunes et l’action associative, ainsi que le développement des énergies créatives de la jeunesse, et leur incitation à la participation à la vie nationale, dans un esprit de citoyenneté responsable». Quelques années plus tard et précisément en 2017, le Parlement adopte le projet de loi 89.15 relatif au Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative qui est composé de deux entités, celle chargée de la promotion de la jeunesse et celle consacrée à l’action associative. Le législateur a voulu mettre en place un conseil très représentatif de la jeunesse marocaine comme en témoigne sa composition. Huit membres sont ainsi désignés par le Souverain (4 au sein de l’entité chargée des affaires de la jeunesse et 4 au sein de l’entité chargée de l’action associative). Le chef de gouvernement désigne quant à lui six membres sur proposition des autorités publiques compétentes. Ils doivent occuper au moins le poste de directeur central ou un poste similaire (3 au sein de l’entité chargée des affaires de la jeunesse et 3 au sein de l’entité chargée de l’action associative). Le chef de gouvernement désigne, en outre, deux autres membres dont un parmi les jeunes MRE et un autre parmi les représentants des associations des MRE. Enfin quatre membres au sein de l’entité chargée des affaires de la jeunesse sont choisis parmi les associations les plus actives (2 désignés par le président de la Chambre des représentants et 2 par le président de la Chambre des conseillers).

Concrètement, le Conseil émet principalement des avis sur toutes les questions qui lui sont soumises par SM le Roi, le gouvernement et les présidents des deux Chambres. Le Conseil a aussi comme prérogative la contribution à l’élaboration des stratégies mises en place par le gouvernement en matière de promotion des conditions de la jeunesse et du développement de l’action associative, la réalisation de recherches et d’études et la formulation de recommandations au profit des autorités compétentes pour la promotion des conditions des jeunes et de l’action associative. Par ailleurs, le Conseil doit élaborer un rapport annuel des activités qu’il doit soumettre à Sa Majesté le Roi. Il faut dire que le Conseil viendra combler un grand vide avec l’objectif d’identifier des pistes concernant tout sujet d’ordre économique, social et culturel intéressant directement les jeunes ainsi que le développement des énergies créatives de la jeunesse, et leur incitation à la participation à la vie nationale, dans un esprit de citoyenneté responsable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *