Covid-19 : Une rentrée parlementaire inédite

Covid-19 : Une rentrée parlementaire inédite

Le Parlement ouvre ses portes le deuxième vendredi du mois d’octobre

Le compte à rebours commence pour la dernière année législative de la législature actuelle. En effet, le Parlement s’apprête à ouvrir ses portes le deuxième vendredi du mois d’octobre.
Selon l’article 65 de la Constitution, «le Parlement siège pendant deux sessions par an. Le Roi préside l’ouverture de la première session qui commence le deuxième vendredi d’octobre. La seconde session s’ouvre le deuxième vendredi d’avril. Lorsque le Parlement a siégé quatre mois au moins, au cours de chaque session, la clôture peut être prononcée par décret». La prochaine session parlementaire risque d’être inédite à tous les niveaux.

 

Et pour cause. La situation épidémiologique reste toujours inquiétante avec des contaminations qui se comptent désormais par milliers. L’institution législative a connu au cours des dernières semaines plusieurs infections que ce soit parmi les parlementaires dans les deux Chambres ou bien parmi les fonctionnaires. Le hic, c’est que la séance d’ouverture est une séance commune qui doit connaître la participation des membres des deux Chambres parlementaires dont le nombre dépasse les 500 personnes sans oublier les membres du gouvernement et les hauts fonctionnaires. Un dispositif spécial devra être arrêté par les bureaux des deux Chambres. En attendant, des mesures sont déjà prises. Les locaux seront ainsi systématiquement désinfectés alors que les concernés seront soumis à des tests de dépistage. Pour rappel, la Chambre des représentants avait mis en place un protocole spécial en août. Concrètement, la présidence avait décidé de soumettre tous les députés à un test de dépistage. La décision concernait en particulier les députés qui assistent à des réunions ou viennent pour régler des affaires administratives. Les parlementaires doivent ainsi se soumettre à ces tests de dépistage 48 heures avant de se rendre à la Chambre des représentants. Ce protocole s’ajoutait aux autres mesures préventives en vigueur destinées à circonscrire la propagation du virus. Les prochaines réunions des bureaux des deux Chambres seront décisives pour fixer le déroulement de la séance inaugurale de la session parlementaire d’automne. Pour rappel, les deux Chambres avaient pris des mesures exceptionnelles pour l’ouverture de la session du printemps en avril dernier.

Ainsi, la priorité avait été donnée aux textes juridiques et aux questions liées à la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) et la présence aux séances plénières a été limitée aux présidents des groupes et groupements parlementaires ou vice-présidents, ainsi qu’à deux membres au maximum de chaque groupe ou groupement parlementaire. Concernant les séances hebdomadaires dédiées aux questions orales, il avait été décidé, en coordination avec le gouvernement, de focaliser sur les départements gouvernementaux en lien direct avec la gestion de la pandémie. Ainsi, chaque semaine, un département était convié à examiner un thème central, à raison d’une question par groupe ou groupement parlementaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *