Crise libyenne : Deux responsables européens saluent la médiation du Maroc

Crise libyenne : Deux responsables européens saluent la médiation du Maroc

La médiation diplomatique du Maroc dans la crise libyenne lui a valu la reconnaissance internationale et l’admiration de responsables de haut rang. Sur l’initiative marocaine d’accueillir les pourparlers libyens, le président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb (DMAG), Andrea Cozzolino, a ainsi récemment déclaré : «Je me félicite de la volonté de s’engager dans le dialogue entre le Haut Conseil d’État libyen et la Chambre des représentants et salue l’initiative marocaine de réunir leurs représentants, à Bouznika, et d’accueillir la réunion.

Cela a un impact positif sur les efforts déployés par les Nations Unies pour faciliter le dialogue politique mené par la Libye, et lui appartenant.

J’exprime mon espoir que ce dialogue, et les rencontres qui suivront dans le cadre du processus de Berlin, consolideront le cessez-le-feu et ouvriront la voie à une solution pacifique de la crise libyenne».

Pour sa part, Tomasz Kostuś, président du Groupe d’amitié (SEJM) Assemblée nationale de Pologne à la Chambre des représentants du Royaume du Maroc, a souligné : «En tant que président du Groupe d’amitié parlementaire polono-marocain à la Chambre des représentants c’est avec beaucoup d’espoir que j’observe les changements ayant lieu en Libye et les efforts déployés pour mettre fin à la guerre civile, qui dure depuis 2011. Il est à noter que cela n’aurait pas été possible sans l’initiative marocaine, qui a initié le dialogue libyen et a conduit à la conclusion d’un accord politique sous l’égide de l’ONU.

Les efforts de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à cet égard sont inestimables. Ils ont également été reconnus par la Délégation de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité». Notons que le Maroc a accueilli des pourparlers libyens entre les délégations du Haut Conseil d’Etat et du Parlement de Tobrouk visant à maintenir le cessez-le-feu et à ouvrir la porte aux négociations pour mettre fin au conflit. «Sa Majesté le Roi du Maroc, seul pays non européen associé à l’UE, qui comprend la nature de la région et cherche à la développer davantage, est un allié de la paix et de la coopération internationale, ce qui nous permet d’envisager avec confiance la poursuite d’une action constructive», a précisé le président du groupe parlementaire à cette occasion.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *