Elections du 8 septembre à Tanger : Un début de campagne qui annonce un scrutin serré

Elections du 8 septembre à Tanger : Un début de campagne qui annonce un scrutin serré

Des anciens ténors et des figures politiques traditionnelles y prennent part

L’ambiance électorale à Tanger a commencé en ce temps de crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 à se faire sentir beaucoup plus sur les réseaux sociaux que sur le terrain. La plupart des responsables locaux des partis politiques et leurs sympathisants ont usé du monde virtuel pour présenter leurs listes des candidats bien avant le lancement officiel de la campagne électorale pour le scrutin législatif, régional et communal du 8 septembre. Après avoir remporté les élections professionnelles du 6 août dans la région du Nord, les représentants du Rassemblement national des indépendants (RNI) sont bien partis et plus enthousiastes pour prendre le pas sur eux-mêmes et gagner les prochaines échéances électorales dans cette région. A Tanger, les RNIsites ont choisi le démarrage de cette campagne pour présenter aux médias leur programme électoral basé sur des données réelles et bien adapté aux attentes de la population au niveau de la préfecture de Tanger-Asilah.

S’adressant aux électeurs à l’issue de la présentation des grandes lignes du programme électoral du RNI, Omar Moro, coordinateur provincial du RNI, a fait part que ces derniers méritent mieux et doivent choisir le meilleur qui concerne la gestion de leurs affaires que ce soit au niveau local ou régional ou national. «Nous avons pleinement confiance en vous dans votre choix de ceux qui vont vous représenter au Parlement et dans les conseils régions et ceux des collectivités territoriales», a-t-il dit. Fort de sa longue expérience dans la gestion des institutions élues, le RNI se présente en force dans les quatre circonscriptions que compte Tanger. Et ce grâce à un programme électoral réaliste et avec des propositions et des solutions aux problèmes dont souffre la ville, mais aussi aux jeunes compétences ou des figures politiques représentant le parti.

Ce qui va permettre au parti de la colombe d’avoir encore son mot à dire lors ce scrutin. Le choix est porté sur l’une des principales compétences du RNI, en l’occurrence Abdelouahed Azibou Mokrai comme tête de liste à Tanger-Médina. Le parti de la colombe mise sur la popularité de cet actuel directeur régional de la jeunesse et sport à Tanger-Tétouan-Al Hoceima comme militant associatif et politique et sur la scène sportive locale afin de décrocher la mairie de la ville du détroit. En plus de M. Azibou, le RNI a porté le conseiller communal sortant Mohamed Ghaïlan Ghzaoui comme tête de liste à Béni Makada, considérée comme la plus grande circonscription de Tanger avec quelque 100.000 électeurs. Alors que Abdenabi Moro et Hussein Ben Tayeb sont désignés de présider respectivement et sous l’étiquette du parti de la colombe dans les deux circonscriptions de Mghogha et Souani. A l’instar du RNI et aux côtés des jeunes compétences, les principaux partis à Tanger continuent de garder leur confiance en des figures traditionnelles de la scène politique locale pour gagner le plus grand nombre de sièges dans les quatre circonscriptions. Comme c’est le cas du parti de l’Istiqlal qui a décidé de porter l’ancien député parlementaire Abdeslem Arbaïne, qui avait été le grand absent des précédentes échéances électorales, à la tête de sa liste à la circonscription de Mghogha.

Alors que le parti de la balance a choisi l’ancien député parlementaire et le conseiller communal sortant Mohamed Akbib de présider la liste électorale de Tanger Médina. Tandis que le Parti authenticité et modernité (PAM) a choisi deux de ses principales compétences l’ancien président de la Chambre de l’artisanat dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le conseiller parlementaire dans la circonscription de Béni Makada.

Alors que le grand absent de ces élections est le président du conseil Béni Makada, qui vient d’être remplacé par Ahmed Berroho secrétaire provincial du Parti du de la justice et du développement (PJD) pour conduire la liste électorale dans cette circonscription. Quant à l’Union constitutionnelle, elle continue de garder confiance en l’un des ténors de la scène politique locale, à savoir Mohamed Zemmouri, en le portant à la tête de la liste au titre des législatives dans la préfecture de Tanger-Asilah.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *