Fonds spécial Covid-19 : Rétropédalage gouvernemental

Fonds spécial Covid-19 : Rétropédalage gouvernemental

La participation des fonctionnaires sera à titre volontaire

Après la polémique, le gouvernement clarifie sa position concernant la participation des fonctionnaires au Fonds spécial Covid-19. Pour rappel, le chef de gouvernement, Saad Dine El Otmani, avait décidé le 14 avril dernier que les fonctionnaires et les agents de l’Etat et des collectivités territoriales, ainsi que les employés des établissements publics contribueront au Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du coronavirus (Covid-19), à hauteur de trois jours de salaire étalés sur trois mois, soit le salaire d’une journée de travail prélevée des mois d’avril, mai et juin.

Dans une circulaire adressée aux ministres, aux ministres délégués, aux Hauts-commissaires et au Commissaire général, M. El Otmani a expliqué que cette décision, qui reflète l’esprit de solidarité manifesté par les Marocains à de nombreuses occasions, vient en application de l’article 40 de la Constitution, en vertu duquel «tous supportent solidairement et proportionnellement à leurs moyens les charges que requiert le développement du pays et celles résultant des calamités et des catastrophes naturelles», et conformément aux dispositions de la loi 2.20.292 relative à l’état d’urgence sanitaire et aux procédures de sa déclaration, notamment son article 5, et en réponse à la volonté des syndicats les plus représentatifs de se mobiliser et de s’engager dans la dynamique de soutien et de solidarité.

Aujourd’hui, l’Exécutif veut clarifier encore plus cette décision. Les prélèvements sur les salaires des fonctionnaires au profit du Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) ne seront pas «obligatoires». C’est ce qu’a affirmé le ministre du travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amekraz. «Tout fonctionnaire ne désirant pas une retenue sur son salaire au profit du Fonds est prié de présenter une demande dans ce sens», a indiqué la même source tout en excluant une telle réaction vu le caractère solidaire de cette opération. Le ministre a fait savoir que la proposition de rendre ce prélèvement volontaire a été soulevée par les centrales syndicales lors d’une réunion consacrée à cette suggestion, laquelle a été présentée au chef de gouvernement qui l’a approuvée.

Concrètement, le gouvernement va à travers le ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration mettre en place une plateforme dédiée à la mise en œuvre de cette proposition. Cette annonce gouvernementale vient après la polémique née suite à la circulaire du chef de gouvernement qui laissait entendre que la participation était obligatoire.
C’est ce point en particulier qui a été critiqué par les représentants des fonctionnaires expliquant qu’il n’avait pas été soulevé directement dans le cadre d’une réunion entre le gouvernement et les syndicats sachant que la circulaire du numéro un du gouvernement prétendait le contraire.
A travers l’annonce du ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle, le gouvernement veut clarifier sa position et éviter tout malentendu. Reste à connaître la position des syndicat sachant que les fonctionnaires seront toujours obligés de faire une déclaration de non participation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *