Invité de l’émission «Studio des élections» sur Med Radio : Aziz Akhannouch garde le cap

Invité de l’émission «Studio des élections» sur Med Radio : Aziz Akhannouch garde le cap

Après son escale à Ouarzazate et Zagora, Aziz Akhannouch s’est prêté au jeu des questions-réponses en tant qu’invité de l’émission «Studio des élections» diffusée sur les ondes de Med Radio, vendredi dernier. Lors de cet échange, le leader du parti de la colombe a abordé les points chauds de cette campagne ainsi que les aspirations du Rassemblement national des indépendants (RNI) pour réussir ce tournant démocratique.

Imperturbable

S’agissant des attaques verbales systématiques et des «fake news» contre sa personne et contre le parti, Aziz Akhannouch les prend avec beaucoup de recul et en tire même de la force pour avancer. «Ceux qui nous ont continuellement attaqués n’ont fait que renforcer notre positionnement actuel et nous ont rapprochés des citoyens. Ils nous ont aidés en quelque sorte à démontrer qu’on est armés de patience et qu’on est des gens sérieux. On garde le cap parce que l’essentiel pour nous c’est de développer et servir notre pays», argumente-t-il, ajoutant que les Marocains ont compris cela et savent très bien quelles sont les véritables priorités.

Un programme de 5 ans de travail

Durant ces dernières années les Rnistes sont allés à la rencontre des citoyens récoltant au total 300.000 consultations pour sortir avec un programme qui répond aux aspirations des Marocains. Chose que M. Akhannouch n’a pas manqué de souligner. «Cela fait cinq ans qu’on travaille pour renforcer et restructurer le parti tout en organisant des rencontres et des consultations avec les citoyens. Ce qui a permis de lancer une nouvelle dynamique», explique-t-il. Le programme du RNI est axé sur 5 engagements qui se déclinent en 25 mesures. Il est focalisé sur trois secteurs clés, à savoir: la santé, l’éducation et emploi. Le président du parti de la colombe a rappelé lors de cette émission de radio les principales propositions qu’il compte mettre en œuvre et affirmé que le RNI dispose d’assez de «compétences pour appliquer ce programme». D’ailleurs, le parti de la colombe a mis en ligne son programme électoral téléchargeable sur son site officiel.

25% des candidats sont des jeunes

Au cours des cinq années passées, le parti a créé de nouvelles structures en accordant une place de choix aux jeunes. Le RNI mise clairement sur les jeunes en les plaçant dans des listes où ils ont le plus de chances de l’emporter. A cet égard, le président du parti précise : «Les jeunes au sein du RNI ont une place importante parce que si on veut que la jeunesse marocaine s’intéresse à la politique et à la chose publique, il faut l’encourager. Je peux vous dire que 25% de nos candidats dans les deux listes réunies (locales et régionales) sont des jeunes. A elle seule, la liste régionale est composée de 50% de candidats qui ont moins de 40 ans».

Sa candidature pour Agadir

Quant au choix de candidater pour la ville d’Agadir, il explique : «Je veux servir la population d’Agadir parce que c’est la ville de mes origines, elle m’a donné beaucoup et je souhaite lui rendre la pareille. C’est une ville qui a beaucoup perdu de son développement ces dernières années et mérite d’avoir à son service de nouvelles compétences. Aujourd’hui, Agadir a du mal à se positionner» estimant qu’il est temps de donner une âme à cette ville pour devenir une vraie métropole. «Il faut une vraie stratégie pour réaliser cela. J’ai constitué une équipe de jeunes compétents issus de la région. Ils connaissent parfaitement les problématiques et les soucis d’Agadir et toute sa périphérie. Ils sont ingénieurs, médecins, membres de la société civile, enseignants, avocats… ces jeunes veulent changer en mieux cette ville», relève le président du Rassemblement national des indépendants.

Quel gouvernement pour sortir de la crise ?

«La majorité a besoin d’un chef d’orchestre. Ce qui n’était pas le cas durant ces dernières années», explique le président du RNI. En ce qui concerne les alliances avec d’autres partis politiques, le leader du parti de la colombe affirme qu’il n’y a pas de lignes rouges et que l’intérêt du pays prime. «Il faut une majorité solide pour réussir le programme de développement du pays. Il faut aussi faire de bons choix décisionnels au niveau des ministères et des responsables administratifs», ajoute-t-il.
En conclusion, le président du RNI a expliqué que les Marocains ont démontré pour cette campagne un fort intérêt pour le contenu des programmes des candidats et invite les citoyens à voter, notamment les jeunes, afin de voir le changement auquel ils aspirent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *