Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !

Jeunesses partisanes :  Jamais sans ma liste  nationale !

Les organisations de plusieurs partis fustigent les appels à l’annulation du quota des jeunes au Parlement

Aujourd’hui, les appels y compris au sein des formations politiques se multiplient pour revoir ce dispositif qui aurait montré ses limites. Pire encore, il est considéré comme une nouvelle forme de rente politique.

Les Jeunesses partisanes se mobilisent. Et pour cause. L’un des changements majeurs pour les prochaines élections risque de se traduire par une remise à plat du dispositif de la liste nationale des jeunes. Entrée en vigueur en 2011, il s’agit d’un mécanisme réservant 30 sièges à la Chambre des représentants à des candidats jeunes ou issus de la Jeunesse des partis politiques à condition qu’ils soient âgés de moins de 40 ans.

Aujourd’hui, les appels y compris au sein des formations politiques se multiplient pour revoir ce dispositif qui aurait montré ses limites. Pire encore, il est considéré comme une nouvelle forme de rente politique. L’élimination de cette liste ou du moins sa révision en profondeur poussent les Jeunesses partisanes à défendre leur position.

Dans un communiqué publié tout récemment, les jeunesses des partis de l’Istiqlal, de la Justice et du développement, du Rassemblement national des indépendants ainsi que les Jeunesses ittihadie, socialiste, harakie et l’Organisation constitutionnelle de la jeunesse, estiment que la participation des jeunes à la vie politique constitue un acquis dans le processus électoral du Maroc. Dans le même communiqué, les Jeunesses partisanes affirment que «les remarques soulevées au sujet des listes électorales en général et de la liste nationale en particulier ne justifient pas l’annulation de la représentation des jeunes, mais tendent à pousser vers une réforme du système électoral et à plus de gouvernance dans le processus de candidature aux élections, à travers notamment l’adoption d’une méthodologie démocratique dans la sélection des candidats à la liste nationale des jeunes en permettant à de vraies compétences de représenter la jeunesse marocaine au Parlement, via un ensemble de mesures permanentes pérennisant l’expérience pionnière de la liste des jeunes».

Concrètement, les jeunes des partis politiques mentionnés appellent à une évaluation juste et objective des résultats de l’accès des jeunes au Parlement sur l’efficacité de l’action législative, considérant que «la tentative de contourner le quota réservé à la jeunesse dans le cadre de la liste nationale est un signal inquiétant et un message négatif, destiné à fermer une parenthèse, ce qui est de nature à renforcer la désertion des jeunes de l’action politique et du travail au sein des institutions».

Plus loin encore, les jeunes des partis politiques ajoutent que «la suppression des sièges réservés aux jeunes dépend d’un débat public objectif qui prend en compte le cumul de l’expérience démocratique». Reste à savoir si cette mobilisation débouchera sur le maintien de la liste des jeunes au cours des prochaines élections législatives prévues dans les prochains mois. En tout cas, les jeunesses partisanes semblent décidées à défendre jusqu’au bout ce mécanisme. Les textes électoraux qui sont attendus dans les prochaines semaines seront déterminants pour la suite.

Liste nationale

La liste nationale est composée actuellement de 90 sièges au Parlement (60 réservés aux femmes et les 30 restants aux jeunes de moins de 40 ans). Le maintien de la liste telle qu’elle est actuellement avec la possibilité d’inclure des compétences plus âgées nécessitera l’augmentation du nombre de sièges réservés à la liste nationale. Face à cette situation, les partis politiques n’ont pas encore trouvé une solution consensuelle alors que les Jeunesses partisanes se mobilisent pour défendre la trentaine de sièges qui leur sont accordés depuis une dizaine d’années. Si l’impasse continue, le gouvernement via le ministère de l’intérieur sera amené à trancher. Il faut préciser que les nouvelles lois électorales devront être adoptées par le Parlement avant l’été prochain. Pour rappel, l’Intérieur avait ouvert les consultations avec les différentes formations politiques l’été 2020.

Efficacité

Pour certaines jeunesses partisanes, la liste des jeunes est un moyen efficace pour assurer une certaine représentativité de cette catégorie dans les instances élues. Cela dit, certaines voix adverses rétorquent que ce mécanisme devait être dès le départ provisoire et qu’il a épuisé tous ses objectifs. Plusieurs pistes existent pour revoir ce mécanisme. Il s’agit notamment de ne plus limiter cette liste aux seuls jeunes mais d’inclure les compétences partisanes qui ne disposeraient pas d’assise populaire et voient donc leurs chances de se faire élire par suffrage direct totalement anéanties.

Un changement important qui risque pour certaines Jeunesses partisanes de vider la liste des jeunes de son âme et objectif initial. Car ce changement passe inéluctablement par un autre de taille. L’un des verrous assurant un monopole des Jeunesses sur ladite liste concerne la limite d’âge fixée à 40 actuellement. L’intégration de la catégorie des compétences partisanes vaudra quasi automatiquement la suppression de la limite d’âge, ce qui veut dire que les jeunes devront partager la trentaine de sièges qui leur sont réservés avec les compétences plus âgées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *