La majorité gouvernementale commence à prendre forme

La majorité  gouvernementale  commence  à prendre forme

Le PAM et le PI approuvent la participation au prochain Exécutif par le biais de leurs conseils nationaux

Les membres du conseil national du PAM ont réaffirmé la nécessité d’une participation effective et réelle du parti au prochain gouvernement, qui tient en compte son poids politique et son programme électoral réaliste et distingué

La semaine qui commence sera décisive pour la formation de la nouvelle équipe gouvernementale. En tout cas, la majorité commence petit à petit à prendre forme. Dans ce sens, les formations politiques arrivées respectivement deuxième et troisième lors des dernières élections ont reçu l’aval de leurs instances pour y prendre part. En effet, le conseil national du Parti authenticité et modernité (PAM) a approuvé, vendredi, l’offre de participation au prochain Exécutif, présentée par le chef de gouvernement désigné, dans le cadre de ses consultations pour la formation de son cabinet. Les membres du conseil national du parti ont réaffirmé la nécessité d’une participation effective et réelle du PAM au prochain gouvernement, qui tient en compte son poids politique et son programme électoral réaliste et distingué, ayant constitué la base de l’engagement entre le parti et les électeurs, a indiqué la formation politique dans un communiqué publié à l’issue d’une session extraordinaire de son conseil national. De même, les membres du conseil national ont chargé le secrétaire général du parti de poursuivre les consultations en cours sur la formation du prochain gouvernement, a ajouté la même source.

Même son de cloche chez les Istiqlaliens. Ainsi, le conseil national du Parti de l’Istiqlal (PI) a donné son aval, samedi, pour participer au prochain gouvernement. Dans un communiqué sanctionnant les travaux de sa session extraordinaire, tenue en mode virtuel, le conseil national a précisé que son approbation et son soutien à la participation du parti au prochain gouvernement interviennent en réponse à l’offre que le chef de gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, a faite au parti. A cette occasion, le conseil national a délégué le secrétaire général du parti, Nizar Baraka, aux côtés des membres du comité exécutif, pour gérer les négociations relatives au prochain gouvernement, insistant sur l’impératif de former un gouvernement fort, homogène, solidaire et capable d’opérer le changement auquel aspire l’ensemble des Marocains.

L’aval donné par le conseil national intervient en harmonie avec la volonté commune des membres du parti de contribuer à bâtir un Maroc fort, démocratique, moderne et solidaire, d’adhérer à la nouvelle génération des grands chantiers conduits par SM le Roi, de mettre en œuvre le nouveau modèle de développement et le projet de généralisation de la protection sociale, d’accélérer la régionalisation avancée et de réduire les disparités sociales et spatiales, en plus de promouvoir la classe moyenne. Un deuxième round des consultations qui aura lieu probablement dans les prochains jours permettra d’aller de l’avant dans les consultations et les négociations pour la répartition des portefeuilles ministériels. En attendant, les trois partis accordent déjà leurs violons au niveau des conseils régionaux et communaux.

Ainsi, le Rassemblement national des indépendants, le Parti authenticité et modernité et le Parti de l’Istiqlal ont décidé de coopérer et d’œuvrer ensemble pour former une majorité au sein des conseils élus dans lesquels ils sont représentés. Dans un communiqué conjoint rendu public, les trois formations politiques indiquent que cette décision vise «à renforcer les institutions des Conseils et à créer l’harmonie et la stabilité en leur sein afin de se focaliser sur les enjeux et défis soulevés par le citoyen».

Coordination

La coordination entre le RNI, le PAM et l’Istiqlal commence à donner ses fruits au niveau local. L’élection des présidents des Conseils régionaux, communaux et préfectoraux se poursuit mais les trois partis sortent déjà du lot dans plusieurs villes et régions.

Ainsi, Hicham Ait Mana du Rassemblement national des indépendants (RNI) a été élu, samedi, nouveau président du Conseil de la commune de Mohammedia tandis que Moulay Mustapha Baya du Rassemblement national des indépendants (RNI), a été élu président du Conseil de la commune de Khénifra.

Redouane Nejmi, du Parti authenticité et modernité (PAM), a été élu président du Conseil de la commune de Fnideq, alors que Abdellatif Ouahbi du Parti authenticité et modernité (PAM) a été élu président du Conseil communal de Taroudant.

Mohamed Karimine du parti de l’Istiqlal (PI), a été réélu président du Conseil communal de Bouznika et Mohamed Jdira du Parti de l’Istiqlal (PI) a été réélu président du Conseil communal de Benslimane.

 

Coopération locale

Le RNI, le PAM et l’Istiqlal vont coopérer au niveau local pour la formation d’une majorité forte et cohérente. Les trois formations ont ainsi appelé leurs élus à s’en tenir à cette orientation et à respecter la décision adoptée par les directions des trois partis, dans une limite d’ouverture aux autres composantes politiques, soulignant qu’en cas de manquement à cet engagement, elles seront dans l’obligation d’activer les procédures prévues dans leurs statuts et de recourir aux procédures de destitution contre les contrevenants.

Les trois partis notent également que leur décision reflète leur souci et leur volonté de parachever le processus électoral, à travers la consolidation de la moralisation de la vie politique, le respect du choix des votants et la rupture avec les pratiques malsaines, estimant que «des parties tentent souvent de contrôler la carte politique pour servir leurs intérêts au détriment de l’intérêt général».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *