Le PAM revendique un processus préparatif transparent

Le PAM revendique un processus préparatif transparent

Au moment où les consultations électorales avec les secrétaires généraux des différents partis politiques devaient être entamées jeudi, le PAM, lui, souhaite que ces élections soient précédées d’un processus préparatif. Pour Mustapha Bakkoury, secrétaire général du parti du tracteur, qui s’exprimait lors d’une conférence que le parti a, le même jour, convoquée quelques heures avant le début des consultations, «celles-ci devraient faire l’objet d’un agenda et d’objectifs clairs puisque le Maroc mènera pour la première fois des élections régionales». Chose qui exige un processus assez long.

A commencer par un arsenal juridique de 30 textes de lois à mettre en place. «Et ce n’est pas facile!», a-t-il enchaîné. Selon Hakim Benchemmas, président du conseil national du PAM, les consultations devraient prendre fin en juillet qui coïncidera d’abord avec le Ramadan, suivra ensuite la période de congés, puis 32 projets de loi devraient être soumis au Parlement en octobre. « Nous devons adhérer à un agenda encombré. Chose dont on n’a pas l’habitude avec d’autres gouvernements puisque les rendez-vous électoraux étaient connus au préalable». M. Bakkoury a abondé dans le même sens puisqu’il a remonté le temps quant à l’annonce des dates des élections. «L’improvisation ayant marqué l’annonce des dates qui sont normalement fixées par la Constitution a un impact sur ce processus». Ainsi, une bonne préparation devrait se distinguer par la démarche participative, le consensus et la confiance.
Or, cette confiance semble être, aux yeux de M. Bakkoury, volontairement altérée par certains responsables. «J’insinue par là le chef de gouvernement dont les sorties médiatiques portent atteinte à cette confiance», a souligné le numéro un du PAM. En parlant de chef de gouvernement, le PAM ne se soucie guère de l’autorité qui gérera les élections. «Ce qui importe c’est que l’opération électorale soit gérée de façon à ce qu’elle réalise les résultats escomptés. Quand même le gouvernement assume toute responsabilité quant à cette gestion», a avancé le SG du parti du tracteur qui a estimé que la supervision du gouvernement permettra le bon déroulement de l’opération considérée la première dans le cadre de la Constitution de 2011. En ce qui concerne les listes électorales, la position du PAM est claire : en établir d’autres nouvelles et pourquoi par fournir la CIN au lieu de la carte de l’électeur pour procéder au vote. M. Bakkoury a, par ailleurs, mis l’accent sur le retard accusé en matière de lois organiques. «On est loin du compte !», a-t-il commenté. Le SG du PAM a également rappelé que le parti travaille sur un chantier d’un modèle économique portant l’empreinte de cette formation politique. S’agissant du contenu des consultations, M. Benchemmas estime qu’il y a une confusion à ce propos puisqu’Abdelilah Benkirane avait indiqué que les consultations se limiteront à certains volets techniques. Le président du conseil national du PAM a, par l’occasion, critiqué la gestion unilatérale des élections et la mise en doute anticipée de la probité des prochaines élections. «Nous espérons que notre appréciation sera erronée dans les jours à venir et quand même, nous assisterons aux consultations», a précisé M. Benchemmas. En tous cas le PAM caresse l’espoir de gagner les paris inhérents au temps puisque l’agenda est serré. Par contre le parti désire disposer d’une méthodologie claire quant au déroulement, à l’ordre du jour et au timing des consultations qui devraient être sérieuses et non formelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *