Mehdi Taleb : «La loi 30-20 est une décision courageuse»

Mehdi Taleb : «La loi 30-20 est une décision courageuse»

Trois questions à Mehdi Taleb, directeur de la réglementation, du développement et de la qualité au ministère du tourisme

Cette loi permettra de trouver un compromis et un équilibre entre un intérêt économique et social et l’intérêt des citoyens pour bénéficier d’une prestation déjà payée

ALM : Dans quel cadre intervient la proposition de cette loi ?

Mehdi Taleb : Cette loi intervient dans le cadre des mesures prises par le département du tourisme pour amortir les effets et le choc de la crise actuelle liée au Covid-19, et qui a été brutale pour les opérateurs économiques. Le département du tourisme a proposé cette loi courageuse pour combler un vide juridique, et en même temps renforcer l’arsenal juridique de notre pays. Cette loi permettra aux opérateurs économiques de travailler en toute légalité et de procéder par des avoirs qui seront donnés à leurs clients.

Ce dispositif couvre à la fois les interactions et relations commerciales entre opérateurs c’est-à-dire la partie B to B et la partie B to C. Il s’agit d’une décision courageuse parce que face à une situation extrême et urgente il faut des solutions urgentes et extrêmes. Le souci majeur du département c’est d’éviter la faillite des opérateurs, et en même temps on était confrontés à des évènements importants : la contrainte économique et sociale, et la contrainte de rembourser les citoyens par rapport aux prestations. Cette loi permettra de trouver un compromis et un équilibre entre un intérêt économique et social et l’intérêt des citoyens pour bénéficier d’une prestation déjà payée.

Comment la protection du consommateur est-elle le socle de cette nouvelle loi ?

Cette loi est organisée autour de deux piliers : la partie B to B. Beaucoup d’opérateurs basés au Maroc ont reçu des avances en devises de la part des opérateurs internationaux. Alors que le Maroc a besoin de ses devises en ce temps de crise. Cette loi donne également à la destination la possibilité de reprogrammer ses voyages pour l’année 2021 et en même temps soulager les opérateurs.

Le deuxième pilier c’est encadrer la relation entre les opérateurs économiques, le citoyen et le touriste normal. Cette loi renforce les droits des consommateurs par le fait d’avoir un avoir qui sera discuté et négocié à l’amiable avec l’opérateur économique, et le protège dans tous les cas possibles soit en remboursement total ou partiel, et il a 15 mois pour consommer sa prestation.

Quid de la protection de la réserve nationale en devise ?

L’essentiel des activités à dimension internationale organisées dans notre pays sont payées en devises, et le remboursement va se faire en devise. Donc cette loi assure plus de sécurité aux opérateurs pour le différer, et donc plus de chance pour notre destination pour reprogrammer ces événements.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *