Politique

Richard Attias: «SM le Roi est le garant des fondamentaux du Royaume»

© D.R

ALM : Quel regard portez-vous sur les 15 années de règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI ?
 

Richard Attias : Le Maroc s’est développé de façon extrêmement moderne et durable, L’économie s’est diversifiée de façon impressionnante ces 15 dernières années.  Tous les domaines et notamment celui du développement humain en ont bénéficié. C’est un réel travail de fond qui a été effectué pour donner la chance à tous. Dans ce sens l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) est une grande réussite et une idée visionnaire pour aider les plus démunis à se prendre en main et à apporter leur contribution à l’économie de notre pays. Mais nous devons retenir en priorité les progrès dans le domaine social sous l’impulsion permanente de Sa Majesté et la leçon de démocratie avec le changement de la Constitution et l’alternance gouvernementale. Tout cela a permis de garantir la stabilité et la paix dans notre pays. Notre Souverain a été plus que jamais garant des valeurs et des fondamentaux du Royaume et à l’initiative de tous ces projets politiques, économiques, et sociaux.

Quels sont les domaines où le Maroc de Mohammed VI a réalisé un réel progrès ?

Le Maroc a progressé de façon holistique dans de multiples domaines. C’est important de le souligner car c’est assez rare de progresser de façon globale. D’abord l’agriculture et son formidable Plan Maroc Vert qui inspire un grand nombre de pays. C’est une grande réussite, une idée formidable dont on récolte aujourd’hui les résultats. Cela nous a servi de grande expérience et elle sert nos partenaires surtout africains, d’expertise où le savoir-faire marocain est pris comme exemple à suivre.  Ensuite, il y a l’industrie aéronautique, qui connaît un essor considérable avec l’installation chez nous de grandes firmes internationales. Sans oublier le tourisme avec plus de 10 millions de touristes par an. Là aussi, le Maroc  a su capitaliser sur son image, sur son passé, sa culture, ses particularités pour offrir aux touristes une telle variété de services et de magnifiques villes où l’histoire du Royaume est toujours mise en avant. Il faut aussi parler du secteur de la santé où le Maroc a fait des avancées remarquables, à travers nos médecins et nos professeurs qui comptent parmi l’élite mondiale. Là, il faut absolument insister sur cette lutte contre le cancer notamment. Le travail effectué dans ce domaine est crucial. Et les résultats sont là avec des centres spécialisés, une prise en charge adéquate et des campagnes de sensibilisation qui jouent un rôle primordial pour lutter contre toutes les formes de cancer dans notre pays.
Enfin, il faut parler de l’éducation où de nombreuses innovations et institutions se sont créées faisant du Maroc une place où l’on vient apprendre. Une place où l’on peut décrocher des diplômes et prétendre aux meilleurs postes.
 

Quelle place occupe aujourd’hui le Maroc dans le monde arabe et en Afrique?

Le Maroc a toujours occupé une place privilégiée et respectée dans le monde arabe et en Afrique. Ces dernières années cette place s’est renforcée toujours avec discrétion. Dans le monde arabe, la voix du Souverain est écoutée et prise en considération. Le fait que les pays du Golfe aient souhaité que le Maroc rejoigne le Conseil économique de ces pays est un signe fort de haute considération et les investissements majeurs que ces pays font au Maroc sont une preuve indéniable de confiance. Le Maroc jouera à n’en pas douter un rôle majeur dans la reconstruction de certains pays arabes en pleine transformation actuelle. Tout ceci découle des liens historiques qui nous lient à ces pays. Il y a aussi cette grande amitié et fraternité entre notre Souverain et les chefs d’Etat des pays du Golfe. Le Maroc est suivi de près dans ces pays. C’est à la fois un exemple et un partenaire de choix. Normal que les grands investisseurs fassent confiance à notre économie et au climat sain de notre pays. Notre stabilité et notre ouverture sur le monde et surtout sur l’Europe et les USA font de nous une place de choix pour une collaboration efficiente avec les grandes puissances du monde arabe.

Quelle lecture faites-vous de la percée du Maroc en Afrique ?

C’est plus qu’une percée, c’est une véritable stratégie de développement qui porte ses fruits à un moment où le monde entier regarde vers le continent africain. A mon sens, plus important encore que cette percée comme vous la qualifiez, c’est la capacité du Maroc de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à créer des «champions africains» dans de multiples secteurs: la banque, l’assurance, les telecommunications, la construction, l’agriculture, les phosphates, la logistique, le tourisme, etc. Ces champions sont les clés dans la percée africaine du Maroc. Comme vous l’avez remarqué, Sa Majesté le Roi Mohammed VI est toujours reçu de façon historique en Afrique. Là où il va, lors de ses différentes tournées africaines, c’est un Roi aimé qui est applaudi par les populations des pays visités. 

Parce que le modèle marocain est un exemple pour les Africains. Et nos champions africains que sont des firmes importantes comme Maroc Telecom, OCP, BMCE, Addoha, Attijariwafa bank, Alliances, et d’autres grands modèles sont des locomotives pour notre économie et son expansion en Afrique dans une logique de partenariat entre pays frères. Nous avons donc un savoir-faire à partager. Nous avons une expertise à vendre et le Maroc a compris depuis longtemps que le continent africain est l’avenir. Grâce à la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc est aujourd’hui présent en force dans plusieurs pays non seulement en Afrique de l’Ouest, mais aussi dans des pays anglophones. Il faut aussi ajouter que la présence marocaine en Afrique est attendue et souhaitée dans de très nombreux pays que je visite. C’est fondamental de se sentir bienvenu et c’est essentiellement dû à l’admiration et à la sincère affection qu’ont les Africains à l’égard de notre pays et de notre Souverain.
 
Sur le plan économique, quelles sont les avancées ? Quels sont les besoins du Maroc? Et que doit-il entreprendre pour être plus compétitif ?

Nous avons déjà évoqué les avancées économiques. Mais il faut toujours aller de l’avant et ne jamais se satisfaire du seul travail accompli. Sa Majesté a donné le cap, charge pour les équipes dirigeantes avec l’appui du secteur privé et en faisant appel à une solidarité nationale de tout faire pour que le Maroc soit encore plus compétitif et dynamique dans le monde global où nous vivons. Aujourd’hui, nous sommes face à de nombreux challenges et le Maroc  a la capacité de réussir  ses paris économiques et humains. Il faut tout faire pour maintenir l’emploi et le développer par des initiatives innovantes, la diversification de l’économie et par des incitations.

Je pense humblement qu’il faut aller à marche forcée vers les métiers relatifs aux hautes technologies, à l’Internet, aux systèmes d’éducation privée, vers l’industrie, la formation professionnelle, et une bonne répartition des investissements publics. Avec la richesse dont nous disposons qui est notre jeunesse pleine de talents, tournés vers l’avenir, le Maroc a devant lui des décennies de grand travail et de prospérité.  Comme je l’ai dit, avec  des objectifs ciblés et des stratégies fortes, ceci devrait permettre une meilleure répartition des richesses et créer un développement économique inclusif vers lequel aspirent tous les pays aujourd’hui.

Articles similaires

PolitiqueUne

Les femmes RNIstes pour la 13ème région élisent leur présidente

Rachida Ben Bouazza Habri, coordinatrice du parti en France, vient d’être élue...

Politique

La femme Rniste tient son 3è Forum régional à M’diq

Les mécanismes de renforcement de la participation des femmes ont été discutés

Politique

Samira Djouadi, une femme engagée contre la tentation des extrêmes

La Franco-Marocaine est candidate à la IXème circonscription des Français de l’étranger

PolitiqueUne

Dans le cadre de leurs 2èmes Assises : Aziz Akhannouch encourage les ingénieurs du RNI à s’engager en politique

Cet événement a constitué, selon le président du RNI, une occasion pour...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus