Santé : Le Parlement lance un appel à contribution des citoyens

Santé :  Le Parlement lance un appel  à contribution  des citoyens

La première Chambre s’attend à des propositions sur la réforme

Le groupe de travail a défini 3 principaux axes à travers lesquels plusieurs questions importantes seront abordées, notamment «la couverture médicale et la gouvernance du secteur, la pratique des professions médicales et paramédicales et la recherche scientifique, les infrastructures et la carte sanitaire».

Les citoyens peuvent-ils mener la réforme de la santé publique ? En tout cas, le Parlement entend les impliquer dans ce gigantesque chantier. Dans ce sens, le groupe de travail thématique chargé de la législation relative au système de santé invite les citoyennes, les citoyens et toutes les instances concernées à présenter leurs suggestions afin d’enrichir et d’améliorer ce travail, et cela peut se faire via le portail électronique de la Chambre. Cette invitation a été lancée à l’issue de la deuxième réunion du Groupe de travail thématique chargé de la législation relative au système de santé.
Chapeautée par Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, la rencontre a servi à arrêter les axes et la méthode de travail, ainsi que la structuration du groupe et le programme des travaux.
Selon les responsables, l’implication des citoyens est vitale «compte tenu de l’importance de la question de la législation relative au système de santé et de ses répercussions sur toutes les catégories de la société».
En attendant, le groupe de travail a défini 3 principaux axes à travers lesquels plusieurs questions importantes seront abordées, notamment «la couverture médicale et la gouvernance du secteur, la pratique des professions médicales et paramédicales et la recherche scientifique, les infrastructures et la carte sanitaire». Il est question de l’élaboration «de recommandations et de propositions de même à promouvoir le système de santé de notre pays conformément à la vision royale de protection sociale de tous les Marocains et sa généralisation à toutes les catégories de la société, comme cité dans le discours royal prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l’occasion de la Fête du Trône».
S’agissant de la méthodologie de travail, des réunions internes seront tenues ainsi que des auditions de responsables du domaine sur des questions prioritaires, outre l’organisation de journées d’étude qui rassembleront des représentants de différentes parties prenantes, d’experts et de chercheurs. Il a également été décidé de former des sous-groupes de travail selon les axes définis, et de désigner deux rapporteurs pour le groupe de travail thématique, l’un de la majorité et l’autre de l’opposition.
Il convient de noter que la Chambre des représentants avait décidé de former un groupe de travail thématique chargé de la législation relative au système de santé, compte tenu de l’actualité marquée par la pandémie mondiale de Covid-19. Une actualité qui a ramené le débat sur la réforme du secteur de la santé dans notre pays au premier plan de l’agenda de l’État et des institutions concernées. La formation du groupe de travail vient également dans le cadre des dispositions du Règlement intérieur de la Chambre des représentants, notamment les articles de son dixième Titre.

Fonds Covid-19

Le Parlement compte éplucher les comptes du ministère de la santé durant la phase qui a suivi l’arrivée de la pandémie du coronavirus au Maroc. Il faut rappeler que le Fonds spécial de lutte contre le coronavirus avait apporté un soutien financier considérable au ministère de la santé. Dès les premiers jours ayant suivi la mise en place du fonds, pas moins de deux milliards de dirhams avaient été débloqués pour le renforcement du dispositif médical du Maroc.

Ce montant avait servi essentiellement à l’achat d’équipement médical et hospitalier (1.000 lits de réanimation, 550 respirateurs, 100.000 kits de prélèvements, 100.000 kits testeurs, équipement de radiologie et imagerie…) et à l’acquisition de médicaments (produits pharmaceutiques et consommables médicaux, réactifs, gaz médicaux…) sans oublier le renforcement des moyens de fonctionnement du ministère de la santé (indemnités au personnel soignant, désinfection et nettoyage, carburant…).

Task force

Le groupe de travail formé à la Chambre des représentants aura du pain sur la planche. Cette «task force» doit notamment faire le point sur une vingtaine de propositions de loi en rapport avec le secteur de la santé. Il sera question en outre d’examiner la législation de la santé sous toutes ses formes professionnelle, sociale et institutionnelle.

Le but est de développer une vision intégrée de la réforme législative attendue, en coopération et avec l’implication du gouvernement ainsi que le département ministériel concerné. Il faut dire que la multitude des initiatives législatives soumises au Parlement durant les premières semaines ayant suivi le début de la pandémie, bien qu’ayant comme principal objet la santé, traite des domaines aussi larges que variés.

Les textes vont de la création d’un conseil consultatif, à la réforme de la loi sur la couverture médicale, en passant par la réglementation de la pratique de la médecine générale et même dentaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *