Un jour, deux urnes, trois scrutins

Un jour,  deux urnes,  trois scrutins

Des grands efforts de sensibilisation au déroulement des prochaines échéances, attendus notamment dans le milieu rural

Le 8 septembre prochain, les électeurs devront voter à la fois pour les élections législatives, régionales et communales. La classe politique a été unanime à saluer cette décision d’organiser les élections au cours d’une même journée.

Plus que quelques semaines avant la date fatidique des prochaines élections. Fait important, le Maroc va organiser simultanément plusieurs élections. Dans ce sens, le 8 septembre prochain, les électeurs devront voter à la fois pour les élections législatives, régionales et communales. La classe politique a été unanime à saluer cette décision d’organiser les élections au cours d’une même journée. C’est le cas notamment pour le secrétaire général du parti du Mouvement populaire (MP), Mohand Laenser. Ce dernier estime que «c’est une excellente décision qui évite aux citoyens de se rendre aux urnes à deux reprises et qui devrait permettre de réduire le taux d’abstention». L’ancien ministre de l’intérieur et actuel président de la région de Fès-Meknès a cependant évoqué certains problèmes d’ordre technique relatifs aux modes de scrutin et à la présence de deux urnes dans les bureaux de vote. Ainsi, il y aurait deux bulletins de vote, l’un pour les candidats aux législatives et l’autre pour les communales et régionales. Laenser qui s’exprimait dans le cadre du MAP Forum a rappelé que le Conseil de gouvernement vient d’approuver des projets de décrets relatifs aux échéances électorales qui devraient être publiés au Bulletin officiel. Le numéro un du parti de l’épi a dans ce sens profité de l’occasion pour insister sur l’importance de la sensibilisation des citoyens aux modalités de vote.

Campagne

Les responsables politiques n’écartent pas l’utilisation de campagnes de sensibilisation dans les médias pour sensibiliser les électeurs, notamment dans le milieu rural, au déroulement des élections et à la démarche à suivre. Les partis politiques au cours de la campagne électorale devraient également jouer un rôle important dans leurs efforts de sensibilisation. Ces derniers attendent la publication des décrets relatifs aux échéances électorales. Des textes qui fixent notamment la nature des bulletins qui seront utilisés dans les prochaines élections. Pour rappel, le Conseil de gouvernement, réuni à Rabat le 2 juillet dernier, avait adopté 10 projets de décrets relatifs aux prochaines échéances électorales, présentés par le ministre de l’intérieur. Il s’agit notamment du projet de décret n°2.21.511 modifiant le décret 2.11.605 du 19 octobre 2011 précisant la forme et le contenu du bulletin de vote unique pour l’élection des membres de la Chambre des représentants ainsi que le projet de décret n°2.21.512 modifiant le décret 2.15.454, publié le 1er juillet 2015 précisant la forme et le contenu du bulletin de vote unique pour l’élection des membres de la Chambre des conseillers. Les autres décrets concernaient notamment la participation de l’État au financement des campagnes électorales menées par les partis politiques participant aux élections générales pour l’élection des membres de la Chambre des représentants. ainsi que les modalités relatives à l’utilisation de la participation de l’État au financement des campagnes électorales menées par les partis politiques participant aux élections générales communales et aux élections générales régionales, ainsi qu’au financement des campagnes électorales menées par les partis politiques et les organisations syndicales participant à l’élection des membres de la Chambre des conseillers.

Décrets

Les dix décrets adoptés par le gouvernement concernent notamment la liste des arrondissements créés dans chaque commune concernée, leurs délimitations géographiques, leurs noms et le nombre des membres du conseil communal et des conseillers de l’arrondissement à élire dans chaque arrondissement, ainsi que la liste des communes dont les membres des conseils sont élus selon le scrutin de liste. Il a été question en outre de la liste des préfectures et provinces, leurs chefs-lieux et le nombre de membres de leurs conseils ainsi que les communes dont le nombre d’habitants dépasse 300.000 âmes et dont la présidence du conseil ne peut être cumulée avec le mandat de membre de la Chambre des représentants ou de membre de la Chambre des conseillers. Il a été question par ailleurs de fixer le plafond des dépenses électorales des candidats lors des campagnes électorales pour l’élection des membres de la Chambre des conseillers, des Conseils des régions, des Conseils préfectoraux et provinciaux et des Conseils des communes et arrondissements.

Financement

Le gouvernement a prévu d’allouer un total de 360 millions de dirhams en soutien aux partis politiques pour le financement des campagnes électorales. Concrètement, l’Etat a prévu des subventions publiques de l’ordre de 160 millions de dirhams pour le financement des élections législatives qui se taillent ainsi la part du lion. S’agissant des élections communales et régionales qui auront lieu également au cours de la même journée du 8 septembre prochain, la contribution étatique s’élève à 180 millions de dirhams pour le financement des campagnes électorales pour l’élection des membres des communes ainsi que ceux des régions. Un montant de 100 millions de dirhams ira pour les élections communales alors que les élections régionales se voient consacrer un budget de 80 millions de dirhams. Enfin, la contribution de l’Etat aux élections de la Chambre des conseillers a été fixée à 20 millions de dirhams, dont 12 millions de dirhams au profit des partis politiques et 8 millions de dirhams au profit des organisations syndicales.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *