Dakhla : Les mines antipersonnel font de nouvelles victimes

Dakhla : Les mines antipersonnel font  de nouvelles victimes

Sept personnes originaires de Dakhla ont été blessées récemment suite à l’explosion d’une mine dans la région Mhiriz à l’est de la ville.

Les explosions de mines dans les provinces du Sud se suivent et se ressemblent, et font gonfler la liste des victimes qui reste toujours ouverte, comme c’est le cas avec l’incident qui a eu lieu le week-end dernier après l’explosion d’un engin qui a bouleversé la vie de toute une famille originaire de Dakhla en excursion dans la région de Mhiriz, causant ainsi la blessure de sept personnes. Ces derniers ont été surpris par l’explosion d’une mine sous leur véhicule Land Rover tout-terrain. Les blessés ont été évacués vers l’hôpital militaire de Dakhla pour subir les interventions chirurgicales nécessaires.

Déjà au mois d’octobre dernier, deux autres personnes, éleveurs de dromadaires de leur état, ont été grièvement blessées dans la même région, alors qu’elles surveillaient, à bord de leur voiture, leurs troupeaux qui sillonnaient cette région à la quête du pâturage. Aussi deux ouvriers ont été tués au mois de septembre dans la commune Alahgounia à 100 km de Laâyoune dans l’explosion accidentelle d’un obus de mortier qu’ils avaient découvert, enfoui sous terre, sur un chantier.

Les deux ouvriers avaient commencé à manipuler par curiosité l’engin, mis au jour sur un chantier d’installation de lignes électriques. Alors que deux mois auparavant un jeune homme de Smara, accompagné de son ami, a été mortellement blessé suite à l’explosion d’une mine dans la région d’Amgala.

Les accidents mortels liés aux explosions de mines antipersonnel sont par ailleurs fréquents dans la région, théâtre d’accrochages armés avant la signature du cessez-le-feu en 1991.

D’après des sources sur place, les Forces armées royales procèdent à une course contre-la-montre pour déminer cette région et arrêter l’hémorragie parmi les civils. Dans ce sens, trois bataillons de combat du Génie équipés de moyens de détection et de neutralisation ont été affectés dans les secteurs d’Oued Drâa, Saguia El Hamra et Oued Addahab. Les opérations de déminage ciblent les zones suspectes selon un programme prédéfini. Le nombre de mines enfouies dans le sol de cette zone et leurs emplacements restent inconnus.

Parallèlement à cette opération, la société civile locale s’active comme c’est le cas avec l’Association marocaine des victimes des mines basée à Smara , et dont une grande partie du travail porte notamment sur la sensibilisation au danger que représentent ces engins.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *