15% des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance

15% des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance

Lancement de la campagne sur la promotion du petit déjeuner chez les enfants et les adolescents

Le ministère de la santé et de la protection sociale lance du 10 novembre au 10 décembre la campagne nationale sur la promotion du petit déjeuner chez les enfants et les adolescents. Cette campagne est destinée à sensibiliser les parents, les adolescents et les enfants à l’importance de ce repas et de mettre en exergue ses bienfaits. Au Maroc, 15,1% des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance. La proportion des enfants de moins de 5 ans en surpoids est de 10,8% dont 2,9% souffrent d’obésité. Chez les élèves âgés de 13 à 17 ans, la prévalence de l’insuffisance pondérale est de 7,9%.

Notons également que 13,9% des adolescents âgés de 13 à 17 ans présentent un surpoids tandis que 3% de ces adolescents sont obèses. Autre chiffre alarmant : 23,7% des enfants âgés de 6 à 12 ans ont une anémie modérée à grave. La carence en vitamine D est présente chez 31,4% des enfants âgés de 6 à 59 mois et 30,4% des enfants âgés de 6 à 12 ans. S’agissant des principaux comportements alimentaires des élèves, le ministère indique que plus de 4 élèves sur dix (45,2%) ont consommé des fruits au moins deux fois par jour au cours des 30 derniers jours. Les légumes sont consommés 3 fois ou plus par jour par 27,9% seulement des élèves. Le ministère insiste sur le fait qu’un petit déjeuner équilibré apporte à l’organisme 20 à 25% des besoins énergétiques pour la journée.

Il permet d’améliorer la concentration, l’attention et les facultés de réflexion, de mémorisation et d’analyse, ce qui contribue à un meilleur rendement scolaire. Il permet aussi de réduire le risque de maladies non transmissibles, de l’obésité et du surpoids. Dans le cadre de cette campagne, le ministère de la santé déploiera une campagne médiatique et digitale ainsi que des actions de sensibilisation de proximité au niveau régional.

Le Maroc est confronté à une transition nutritionnelle précoce caractérisée par la persistance de certains troubles nutritionnels de type carentiel (malnutrition, carences en fer, en vitamines A et D et en iode) et l’émergence de ceux liés à la surcharge (surpoids et obésité) et qui font le lit à certains problèmes de santé publique, en l’occurrence les maladies non transmissibles qui constituent une des causes majeures de décès des adultes au Maroc. Elles représentent à elles seules plus de 55% du fardeau épidémiologique du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *