970x250

18.248 réfugiés et demandeurs d’asile au Maroc à fin 2021

18.248 réfugiés et demandeurs d’asile  au Maroc à fin 2021

Les Syriens toujours en tête avec 5.082 personnes

Rabat continue de regrouper le plus grand nombre de réfugiés avec un chiffre établi à 1.398, suivie de Casablanca avec 953 réfugiés. Viennent ensuite les villes d’Oujda (870), Nador (677), Marrakech (514), Fès (492), Meknès (446), Kénitra (429). Ces 8 villes accueillent 62% des réfugiés au Maroc.

Les réfugiés et les demandeurs d’asile au Maroc ont été plus nombreux en 2021. Selon les dernières statistiques disponibles du Haut-commissariat des réfugiés au Maroc (HCR), le pays compte 18.248 réfugiés et demandeurs d’asile à fin décembre 2021. En 2020, leur nombre était établi à 13.533. Ainsi, le nombre des réfugiés s’est élevé à 9.342 au 31 décembre 2021. A l’instar des années précédentes, les réfugiés syriens arrivent toujours en première position avec un total de 5.082 personnes. Pour ce qui est des autres nationalités, le Yémen arrive en seconde position avec 1.102 réfugiés. Viennent ensuite la République Centrafricaine (987), le Soudan du Sud (439), la Côte d’Ivoire (391), la Palestine (258), la République démocratique du Congo (193), le Cameroun (175), la Guinée (145), l’Irak (127), le Sénégal (106), le Mali (58), le Soudan (54), le Nigeria (25) et la Gambie (2). Selon les données du HCR, les hommes sont toujours plus nombreux que les femmes. On relève 5.844 réfugiés de sexe masculin (62,6%) contre 3.498 pour le sexe féminin (37,4%).

La répartition par âge montre que la majorité des réfugiés est âgée de 18 à 59 ans. Ils représentent 66,2% de la population globale des réfugiés, soit 6.187. Il est à noter que 24% de la population globale des réfugiés est constituée d’enfants âgés de 0 à 12 ans, soit un total de 2.235 (1.097 âgés de 0 à 5 ans et 1.138 âgés de 6 à 12 ans). Les réfugiés de plus de 60 ans ne représentent que 2,5% (235). Concernant le niveau d’instruction des réfugiés, 22% n’ont aucun niveau scolaire, 31% ont le niveau du primaire, 24% ont le niveau du secondaire et 20% ont un niveau d’étude élevé (universitaire). Pour ce qui est de leur ancienne occupation dans leur pays d’origine, 24,61% des réfugiés travaillaient dans le secteur tertiaire (services, profession libérale). Toujours selon les données du HCR, 27% étaient sans emploi, 9,4% sont des étudiants alors que 7% travaillaient dans le secteur primaire essentiellement dans l’agriculture. Seulement 1,7% étaient employés dans le secteur secondaire (industrie). Par ailleurs, le HCR signale que Rabat continue de regrouper le plus grand nombre de réfugiés avec un chiffre établi à 1.398, suivie de Casablanca avec 953 réfugiés. Viennent ensuite les villes d’Oujda (870), Nador (677), Marrakech (514), Fès (492), Meknès (446), Kénitra (429). Ces 8 villes accueillent 62% des réfugiés au Maroc. Le reste (3.563) est éparpillé dans les autres villes. Il est important de noter que 21,7% des réfugiés enregistrés auprès du HCR au Maroc, soit 2.023, ont des besoins spécifiques. Parmi ces réfugiés, on relève 462 avec une condition médicale sérieuse, 193 enfants dans des situations à risques, 68 personnes âgées à risque, 203 femmes dans des situations à risque.

Concernant les demandeurs d’asile, leur nombre s’est établi à 8.906 à fin décembre 2021. Ils viennent majoritairement de Guinée avec 2.509 demandeurs, suivis du Sénégal (1.118), Cameroun (1.074), Côte d’Ivoire (1.047), Soudan (938), Mali (765), Nigeria (413) République démocratique du Congo (190) et la Gambie (126). Au niveau mondial, il n’y a jamais eu autant de déplacés dans le monde qu’en 2021. De janvier à novembre, plus de 84 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer, selon les données du HCR publiées par l’ONU dans son bilan annuel. Un chiffre en nette augmentation par rapport à 2020 et 2019 qui étaient toutes deux des années record en termes de nombre de personnes déplacées de force dans le monde. Les réfugiés et les migrants qui se déplacent par nécessité ont été particulièrement touchés par les restrictions de voyage liées à la Covid, et des millions d’entre eux se sont retrouvés bloqués loin de chez eux, et en danger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.