2.782 ha de forêts ravagés en 9 mois

2.782 ha de forêts ravagés en 9 mois

La superficie détruite par les feux a nettement baissé, -47% par rapport à l’année 2020

Le dispositif estival de veille et d’intervention reste toujours à son niveau maximal de mobilisation et d’alerte en attendant l’arrivée des premières pluies.

Du 1er janvier au 26 septembre 2021, 285 incendies de forêts ont été déclarés au niveau national touchant une superficie de 2.782 hectares. C’est ce qui ressort du bilan dressé par le Département des Eaux et Forêts. Notons que 34% de cette superficie est constituée d’essences secondaires et de formations herbacées.
Les chiffres des Eaux et Forêts montrent une réduction de la superficie incendiée de 47% en comparaison avec l’année 2020 et de 11% par rapport à la moyenne décennale (2011-2020).

Ainsi, le nombre d’incendies et la superficie parcourue jusqu’à présent demeurent limités par rapport à l’année dernière et à la moyenne décennale grâce aux efforts déployés par les différents intervenants en matière de prévention et de lutte contre les incendies de forêts. Sur le plan géographique, la région qui a connu la plus grande superficie incendiée est le Rif (Chefchaouen, Larache, Tanger-Asilah, Fahs-Anjra, Mdiq-Fnideq-Tétouan, Ouazzane) avec 81 départs de feu et une superficie parcourue de 1.487 ha. Vient ensuite la région de Fès-Boulemane (Fès, Sefrou, Boulemane) avec 17 départs de feu touchant une superficie de 859 ha. Le département des Eaux et Forêts fait remarquer que les plus grands incendies enregistrés cette année ont concerné la forêt de Jbel Sougna dans la province de Chefchaouen sinistrée par un incendie ayant ravagé, en août dernier, plus de 1.100 hectares de végétation.
Signalons également les deux feux concomitants de la province de Sefrou, à Laânaceur (Dayat Iffer) et à Ighezrane (Ribate Al Kheir) avec des superficies incendiées estimées respectivement de 470 ha et 350 ha.
Les espèces forestières les plus touchées sont le chêne-liège, le pin d’Alep, et le chêne vert. Le dispositif estival de veille et d’intervention reste toujours à son niveau maximal de mobilisation et d’alerte en attendant l’arrivée des premières pluies.

Reconstitution et aménagement des espaces forestiers incendiés

Le Département des Eaux et Forêts a lancé à l’échelle nationale plusieurs programmes de reconstitution et d’aménagement des espaces forestiers incendiés. C’est notamment le cas de la forêt de Zemzem (préfecture de Mdiq Fnideq) incendiée en 2020, sur une superficie de 1.024 ha. D’importants efforts sont menés pour réhabiliter les écosystèmes endommagés. Un budget de 15,5 millions DH a été mobilisé pour cette forêt, réparti principalement sur le reboisement de 485 ha, la régénération et nettoiement de 515 ha, l’ouverture et l’entretien de pistes de 17 km et la clôture de sites vulnérables sur une longueur de 77 km.

C’est aussi le cas de la forêt de Jbel Sougna (province de Chefchaouen) incendiée en 2021. Celle-ci sera réhabilitée avec un budget évalué à 23 millions DH. Ce budget permettra ainsi le reboisement de 200 ha, la régénération naturelle de 900 ha, l’ouverture et l’entretien de pistes sur 17 km ainsi que l’entretien de trachées pare-feu de 20 km. Pour rappel, la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030» s’assigne pour objectifs de rattraper 30 ans de dégradation du couvert végétal forestier en récupérant, à l’horizon de 2030, 133.000 ha de forêts. Pour cela, il est prévu le reboisement de 50.000 ha chaque année en vue d’atteindre 100.000 ha reboisés chaque année à la fin de la stratégie. Elle prévoit la création de 27.500 postes d’emploi directs supplémentaires, outre l’amélioration des revenus des filières de production et de l’écotourisme pour atteindre une valeur marchande annuelle de cinq milliards de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *