970x250

2021 : L’année de la vaccination

2021 : L’année de la vaccination

Plus de 24,5 millions de primo-vaccinés

Dès l’apparition du premier cas de Covid le 2 mars 2020, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a placé la santé des citoyens en tête des priorités. Le Souverain avait donné ses Hautes instructions au gouvernement pour instaurer la gratuité du vaccin anti- Covid au profit de tous les Marocains. SM le Roi avait donné l’exemple en recevant la 1 ère dose du vaccin contre le Covid-19, le 28 janvier 2021 au Palais Royal de Fès. Par ce geste sanitaire, le Souverain avait lancé officiellement la campagne nationale de vaccination. Celle-ci s’est déroulée progressivement, par tranches, et bénéficiera, au final, à l’ensemble des citoyens marocains ainsi qu’aux étrangers résidant dans le royaume. D’abord réservée aux personnels de santé, aux autorités, aux enseignants et aux personnes âgées de plus de 75 ans, la vaccination, gratuite et non obligatoire, a été par la suite étendue aux plus de 60 ans fin février. Après les tranches d’âge de 35-39 ans et 25-29 ans, le Maroc avait étendu sa cible en visant les jeunes de plus de 18 ans.

Dès le 31 août 2021, une vaste campagne de vaccination pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans avait démarré. Cette opération avait ciblé 3 millions d’élèves de cette catégorie d’âge issus des établissements de l’enseignement public et privé et des missions étrangères. L’objectif était de limiter la propagation du virus pour préparer dans les meilleures conditions la rentrée scolaire. Le comité scientifique de vaccination anti-Covid avait estimé que la vaccination des 12-17 ans était un pas important pour accélérer la réalisation de l’immunité collective avec l’adoption des vaccins Sinopharm et Pfizer dont l’expérience à l’international a démontré l’efficacité chez cette tranche d’âge. La vaccination des enfants avait ainsi permis un retour à l’école en présentiel. Selon le bulletin du ministère de la santé publié mercredi 29 décembre, le nombre de primo-vaccinés a atteint 24.546.370, celui des personnes ayant reçu deux doses s’élève à 22.915.359. Seulement 2.860.037 personnes ont eu trois injections.

Insaturation du pass vaccinal

Jeudi 21 octobre, le pass vaccinal est devenu obligatoire sur tout le territoire marocain pour accéder aux commerces, aux administrations, ou encore à tout «espace fermé». Il est de rigueur pour quitter le Maroc ou pour se déplacer entre les préfectures et les provinces. Il ne peut être obtenu qu’en étant vacciné et non avec un test PCR. Le Maroc devient ainsi le premier pays africain à instaurer ce document. La nouvelle avait provoqué des afflux massifs vers les centres de vaccination. A l’instar de plusieurs pays, le Maroc avait lancé le lundi 04 octobre la vaccination par la 3eme dose. Elle concernera dans une première étape les personnes ayant reçu les deux premières doses depuis au moins 6 mois. Avec l’apparition de plusieurs variants et la baisse de l’efficacité des vaccins avec le temps, il avait été jugé primordial de préconiser une 3ème dose pour booster l’immunité.

Ainsi, la dose de rappel permet d’augmenter le nombre d’anticorps de façon importante et confère une protection adéquate contre le virus. Le mercredi 29 décembre 2021, le ministère de la Santé et de la Protection sociale a annoncé un nouveau calendrier concernant la dose de rappel. Celle-ci est désormais recommandé 4 mois après la 2ème dose au lieu de 6 mois. Cette décision de raccourcir ce délai fait suite aux recommandations du Comité scientifique de vaccination. Sont concernées par cette dose de rappel, les personnes ayant reçu la deuxième dose et celles ayant reçu une première dose du vaccin Johnson depuis quatre mois. Les personnes concernées par la dose de rappel, accessible dans l’ensemble des centres de vaccination sans restriction de lieu de résidence, recevront un SMS du 1717. En raison du risque probable de rechute épidémiologique et vu la multiplication des clusters familiaux en particulier, le ministère de la santé appelle une fois de plus les citoyens à une large adhésion à la campagne de vaccination et à prendre leur dose de rappel.

Le Maroc produira 5 millions de doses de vaccin Sinopharm par mois

Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait présidé le 5 juillet2021 au Palais royal de Fès la cérémonie de lancement et de signature de conventions relatives au projet de fabrication et de mise en seringue au Maroc du vaccin anti-Covid-19 de Sinopharm et autres vaccins. Ce projet structurant permettra d’assurer l’autosuffisance du pays tout en approvisionnant le continent africain et les pays maghrébins voisins. Il est destiné à faire du Maroc une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du continent africain et du monde dans le domaine de l’industrie du «fill & finish». Un mémorandum de coopération entre le Maroc et le groupe pharmaceutique chinois Sinopharm avait été signé lors d’une cérémonie présidée par le Souverain. Le projet vise à démarrer à court terme avec une capacité de production de 5 millions de doses de vaccin anti-Covid-19 par mois, avant de démultiplier progressivement cette capacité à moyen terme. Il mobilisera un investissement global de l’ordre de 500 millions de dollars. A noter que le lancement de ce partenariat s’inscrit dans le prolongement de l’entretien téléphonique du 31 août 2020 entre le Souverain et le Président de la République Populaire de Chine, Xi Jinping. Le projet vise ainsi à renforcer «la souveraineté sanitaire du Royaume (…) face aux risques sanitaires, aux dépendances extérieures et aux contingences politiques ». Deux autres accords avaient été signés à cette occasion, à savoir un mémorandum d’accord concernant l’établissement de capacités de fabrication de vaccins entre l’État marocain et la société Recipharm, ainsi qu’un contrat de mise à disposition de l’État marocain des installations de remplissage aseptiques de la Société de thérapeutique marocaine (Sothema) pour la fabrication du vaccin anti-Covid-19 propriété de la société Sinopharm entre l’État marocain et la société Sothema.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.