4ème université d’hiver à Dakhla : Consolider la communication avec les jeunes marocains et MRE

4ème université d’hiver à Dakhla : Consolider la communication avec les jeunes marocains et MRE

Les dernières évolution du dossier du Sahara marocain ont fait que la 4ème université d’hiver, initiée par le ministère délégué chargé des MRE en partenariat avec l’université Al-Akhawayn, soit tenu les 21 et 22 décembre à Dakhla.

En organisant cet événement en ligne dans cette ville, Nezha El Ouafi veut «consolider la communication avec les jeunes MRE et ceux résidant au Maroc, notamment dans les provinces du Sud». Comme elle le précise, cette communication concerne les succès récents ayant trait à la sécurité dans le passage frontalier de Guergarate, le rétablissement du transit de biens et de personnes. Le tout sans manquer de se féliciter de la gestion «sage» et «résolue» du dossier de l’intégrité territoriale du Maroc par le Souverain.

60 jeunes MRE

Ce sont un peu plus de 60 jeunes MRE qui ont, selon la ministre, participé à cette université. Agés de 18 à 25 ans et issus de 19 pays de résidence, avec une présence féminine d’environ 78%, les participants ont, en deux jours, eu l’occasion d’échanger en mode visioconférence avec différents experts. Dans ce sens, Mme El Ouafi cite «Kamal El Oudghiri, ingénieur en télécommunications et spationaute marocain à la Nasa». A propos de ce scientifique marocain, Amine Bensaid, président de l’université Al Akhawayn, indique qu’il est «un exemple de succès et d’équilibre entre l’ouverture et l’identité». «Il a quitté le Maroc à l’âge de 18 ans et veillé à réussir voire être sincère à l’égard de ses origines. Il a gagné des prix et pris part à des missions spatiales de la Nasa. Il a également organisé plusieurs tours au Maroc pour la promotion de la science et l’apprentissage», exalte le président à l’adresse de M. El Oudghiri.


Mobilisation continue

Cela étant, la responsable gouvernementale n’a pas manquer de réitérer, à l’adresse de ces jeunes, la «mobilisation continue» de son département. Comme elle l’indique, cette mobilisation est destinée à «vous servir et hisser le niveau de communication et de veille pour protéger vos intérêts et défendre vos droits par la création de cellules au niveau du ministère avec des équipes de permanence tout en recourant à tous les moyens disponibles». A ce propos, elle rappelle le centre d’appels, le site électronique, les plates-formes de traitement des plaintes et les réseaux sociaux du ministère entre autres.

Des mutations de la migration marocaine

Quant au choix du thème «Le vivre-ensemble», il se justifie, selon la ministre, par «la mutation profonde de la migration marocaine à tous les niveaux». Pour elle, ce changement se manifeste à travers l’intégration positive des jeunes MRE dans les sociétés de leur résidence en enrichissant leurs espaces socioculturels tout en contribuant à la création de ponts de communication entre les cultures, peuples et religions. «Dans ce cadre, nous avons choisi un programme riche et varié lors de cette édition pour lancer le débat entre les jeunes et être à leur écoute vu l’évolution de la sociologie de la migration et la mutation que connaissent les jeunes marocains et ceux de cette origine», détaille-t-elle. Comme elle l’indique, ce débat porte sur l’équilibre entre le besoin objectif de leur intégration et leurs succès tout en veillant à conserver leur lien avec la mère patrie.

La double appartenance des MRE, notamment les jeunes, se manifeste avec force surtout qu’ils sont, selon la ministre, devenus une valeur ajoutée que ce soit pour leur société de résidence ou leur mère patrie. «Nous veillons à ne pas exploiter le dossier de la migration pour des fins politiques. Ce qui est de nature à porter atteinte à cette valeur ajoutée du capital commun», enchaîne-t-elle.

Une offre culturelle marocaine à l’étranger

Pour accompagner l’intégration dans les pays de résidence et garder l’attachement à la patrie, notamment chez les générations montantes, le département de Mme El Ouafi a, comme elle le rappelle, «préparé une offre culturelle marocaine à l’étranger avec une approche novatrice et un mécanisme de gouvernance cohérent afin de permettre la consolidation de la coordination entre les intervenants». «Cette offre a été adoptée le 18 décembre 2020 par le comité technique chargé des affaires des MRE et de la migration pour répondre aux revendications pressantes des générations montantes en termes d’identité et de diversité culturelle marocaine et accompagner leur intégration et consolider les liens de l’amitié et de la coopération avec les gouvernements et sociétés de leurs pays de résidence ou dont ils sont considérés citoyens», ajoute-t-elle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *