Alphabétisation : L’UE lance un appel à proposition pour un budget de 1,2 million d’euros

Alphabétisation : L’UE lance un appel à proposition pour un budget de 1,2 million d’euros

Il vise à améliorer le dispositif d’apprentissage

La constitution de réseaux régionaux d’associations d’alphabétisation au sein des 6 régions cibles est un élément à valoriser dans la mesure où ces réseaux pourraient assurer le suivi et monitoring des actions de lutte contre l’analphabétisme au niveau territorial.

La délégation de l’Union européenne au Maroc vient de lancer un appel à propositions d’un budget de 1,2 million d’euros dans le cadre de la 3ème phase du Programme d’appui à la stratégie nationale d’alphabétisation au Maroc (Alpha III). Les 6 régions cibles de ce programme sont: Marrakech-Safi, Casablanca-Settat, Fès-Meknès, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Béni Mellal-Khénifra.

Cet appel à propositions vise à améliorer le dispositif d’ingénierie de formation et la qualité des formations notamment par l’adoption d’une approche andragogique et la diversification des méthodes d’apprentissage y compris l’utilisation des TIC.

Il s’agit aussi de rendre effective l’insertion socio-économique des alphabétisés grâce à la mise en place de passerelles vers le système de formation professionnelle et un appui pour monter des activités génératrices de revenus. L’autre objectif est de territorialiser la stratégie nationale d’alphabétisation par l’adaptation des programmes aux réalités locales et l’amélioration de la gouvernance aux niveaux régional et provincial.

Automatisation des femmes et des filles, alphabétisation en famille… parmi les priorités ciblées

Plusieurs priorités ont été ciblées à travers cet appel à propositions. A commencer par la professionnalisation des associations du secteur. Cette priorité concerne la planification stratégique des actions d’alphabétisation, le montage de projets et recherche de partenariats (niveau local et/ou national), le suivi et l’évaluation des apprentissages. Figurent également la gouvernance et le management de projets, le plaidoyer, la sensibilisation et la communication autour de l’alphabétisation.

Selon la délégation de l’UE au Maroc, la constitution de réseaux régionaux d’associations d’alphabétisation au sein des 6 régions cibles est un élément à valoriser dans la mesure où ces réseaux pourraient assurer le suivi et monitoring des actions de lutte contre l’analphabétisme au niveau territorial. S’agissant de l’automatisation des femmes et des filles, les actions pourront inclure des mesures spécifiques alliant l’alphabétisation des femmes et des filles à une action d’insertion professionnelle en renforçant leurs capacités économiques et de revenu (formations à visée professionnelle ou pratique, appui à des activités génératrices de revenus…).

L’autre priorité a trait à la construction de la «post alphabétisation». Dans ce cadre, les actions à mener pourront appuyer la construction de programmes post-formation qui faciliteront notamment les passerelles avec le monde du travail et la formation professionnelle, les activités génératrices de revenus (AGR). Par ailleurs, l’appui aux «Centres d’action communautaire» et aux approches sectorielles figure parmi les autres priorités ciblées. Ces centres développés par l’ANLCA sous l’impulsion de l’Unesco peuvent constituer des repères dans le domaine de l’éducation non-formelle. Ils peuvent inclure des cours d’alphabétisation, une offre de formation mais ils peuvent aussi accueillir des bibliothèques communautaires et tout autre service constituant ainsi un environnement lettré propice à des apprentissages durables.

L’intégration des TIC comme outils d’alphabétisation constitue aussi une priorité. Enfin, parmi les autres priorités figure la pratique de l’alphabétisation en famille qui a déjà été expérimentée avec succès dans plusieurs pays. Ainsi, à titre d’exemple, des programmes d’alphabétisation ciblant les parents peuvent ainsi être complétés par des modules d’accompagnement à l’éducation parentale, voire transmettre des messages en matière de santé sexuelle et reproductive, tout en appuyant le développement de la petite enfance pour mieux préparer les enfants, en particulier ceux issus de milieux les plus vulnérables, aux premiers apprentissages scolaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *