Asilah : La mobilisation pour la fermeture de la décharge sauvage se poursuit

Asilah : La mobilisation pour la fermeture  de la décharge sauvage se poursuit

La société civile appelle les responsables à faire du règlement de ce dossier leur priorité

En pleine saison estivale, les représentants de la société civile locale et les simples habitants d’Asilah renforcent leur lutte pour attirer l’attention sur le grand danger que représente l’actuel dépotoir public sur la santé humaine et l’environnement dans les quatre coins du territoire urbain. Ainsi, ils appellent les responsables à faire du règlement de ce dossier leur priorité. D’autant plus que «la situation devient plus inquiétante avec le maintien en service de la décharge dans son état sauvage avec les odeurs nauséabondes et l’incinération des déchets, dont les effets nuisibles sont ressentis non seulement dans les quartiers avoisinants, mais aussi dans ceux situés loin du site», fait savoir Mohamed Housni, président de l’association Zelis pour la protection de l’environnement.
Depuis l’été précédent, les représentants de la société civile appellent les responsables à mettre fin à cette décharge qui accueille quotidiennement 25 tonnes de déchets et dont le volume se multiplie généralement avec l’affluence des visiteurs pendant la saison estivale. «Nous demandons l’urgente fermeture de ce site sauvage non contrôlé et l’ouverture de la nouvelle décharge contrôlée à douar Skedla dans la commune rurale d’Al Menzla et la création d’un centre de recyclage des déchets», souligne M. Housni.

Un collectif sur les réseaux sociaux pour protester contre cette situation

Avec le suspens du mouvement contestataire à travers les sit-in en raison de la pandémie Covid-19, les Zaïlachis se sont constitués en un collectif sur les réseaux sociaux déplorant l’état de dégradation constante de la décharge située à l’entrée sud d’Asilah. Ainsi, ils usent des photos prises sur le dépotoir pour les poster sur les plates-formes virtuelles en vue d’attirer l’attention sur les dangers que représente ce site sur la santé des habitants et l’environnement. Ils dénoncent les rejets des gravats et autres ordures non ménagères, particulièrement par les propriétaires des unités industrielles et grands commerces, dont certaines viennent de loin pour déverser leurs déchets. Ils appellent, ainsi, les autorités à réagir pour mettre fin à ces actes et à multiplier leurs efforts avec leurs partenaires concernés pour l’ouverture de la nouvelle décharge, située dans la commune d’Al Menzla et destinée à servir Asilah et Tanger ainsi que les autres zones avoisinantes et dépendantes de la préfecture.

Retard dans l’entrée en service de la nouvelle décharge

Les représentants de la société civile ont toujours appelé les responsables à communiquer avec les habitants sur les efforts déployés pour le règlement du dossier via l’entrée en service de la nouvelle décharge dont les travaux connaissent un retard selon le plan préétabli. Très attendu, ce projet entre actuellement en phase d’achèvement finale pour être livrée en 2021. S’étendant sur un terrain de près de 160 ha, la future décharge contrôlée permettra de mettre un terme aux dépotoirs sauvages existants dans la préfecture, parmi lesquels celui d’Asilah. Ce projet sera muni, conformément aux normes internationales en vigueur, de techniques très sophistiquées et ultramodernes ainsi qu’un centre de tri et de valorisation des déchets ménagers afin de répondre aux besoins de la population en croissance constante dans la préfecture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *