Asilah : La mobilisation se poursuit pour nettoyer les plages

Asilah : La mobilisation se poursuit pour nettoyer les plages

Une deuxième opération de ramassage des déchets vient d’être lancée

Cette opération de nettoyage, qui est très saluée et encouragée sur les réseaux sociaux, connaît une grande implication de jeunes zaïlachis. C’est le cas d’Ilham Salama, une MRE vivant en Angleterre et qui est à l’initiative de cette action citoyenne.

Des bénévoles à Asilah mènent depuis plus d’une semaine un combat contre la pollution du littoral. Ainsi et après la plage de Tikan, ils viennent de lancer, mardi 17 août, une deuxième opération de ramassage des déchets sur la plage municipale, qui connaît généralement une forte affluence des estivants en été. Cette opération de nettoyage, qui est très saluée et encouragée sur les réseaux sociaux, connaît une grande implication de jeunes zaïlachis. C’est le cas d’Ilham Salama, une MRE vivant en Angleterre et qui est à l’initiative de cette action citoyenne. «L’idée m’est venue il y a plus d’un an, lorsque je passais mes vacances d’été en Espagne. J’étais très impressionnée par la beauté et la propreté de leurs plages. J’ai pu en faire des vidéos et de les partager en direct avec des amis zaïlachis sur Facebook. Je leur ai parlé des grands efforts déployés pour la propreté de ces plages et leur ai exprimé mon souhait d’en prendre en exemple pour celles d’Asilah», dit-elle.

Nettoyage des algues et des déchets

Cette campagne a été lancée pour la première fois, mercredi 11 août, sur la célèbre plage Tikan, dont les Zaïlachis et les visiteurs de la ville ont l’habitude de voir d’en haut des anciennes murailles de la médina les vagues se briser sur les rochers au pied de ces majestueux sites historiques. Elle a connu pendant quatre jours la mobilisation des jeunes bénévoles zaïlachis connus pour l’amour de la mer et la lutte pour la préservation de l’environnement. Ils ont travaillé ensemble pendant quatre jours pour nettoyer cette plage, qui est considérée parmi les plus polluées par les algues et des déchets, dont la grande partie est jetée par les habitants ou ramenés par la mer. «Cette initiative est une réussite, de l’avis des participants et des habitants de la ville. Nous étions seulement deux lors de la première journée de son lancement : un jeune bénévole et moi avec sept ouvriers que nous avons recrutés du Mokef de Bab Al Homer. Nous avons connu au début de cette journée l’appui d’un jeune couple zaïlachi, qui s’est joint à nous grâce à mes premières vidéos de la campagne que j’ai postées sur Facebook. Nous avons vu le nombre de bénévoles vite s’accroître pour atteindre plus d’une trentaine pour cette première opération de nettoyage de la plage Krikia. Nous avons pu la débarrasser de toute sorte d’objets jonchant le bord de mer : des bouteilles en verre ou en plastique, des boîtes de conserve, et d’autres déchets emmêlés dans les algues. Cette pollution est causée par des gestes inciviques très répandus auxquels nous essayons de lutter à travers cette campagne», fait part Mme Salama.

Appel à l’élargissement de la campagne

L’opération de nettoyage de la plage d’Asilah connaît une implication parmi les internautes zaïlachis et les amoureux d’Asilah, qui appellent à l’élargissement sur son littoral. Surtout que la ville blanche et son arrière-pays disposent des plus belles plages sauvages qui ont énormément besoin de ce genre d’initiative citoyenne. Comme tous les Zaïlachis, «je suis très amoureuse de la mer et de ma ville natale. Je continue de militer pour le nettoyage de ses plages, même si je pars dans peu de temps en Angleterre. Je travaillerai avec d’autres bénévoles pour l’élargissement de cette campagne au niveau national et local. Nous faisons tous en sorte que cette belle initiative s’ouvre à d’autres bénévoles pour pouvoir garder nos plages propres», dit Mme Salama.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *