«Ayni», une belle lueur d’espoir pour les malvoyants et non-voyants

«Ayni», une belle lueur d’espoir pour les malvoyants et non-voyants

Le projet est en incubation par la cité de l’innovation de l’université Hassan 1er de Settat

Louable. Le projet «Ayni», dédié aux personnes malvoyantes et non-voyantes, est en incubation. En vertu d’une convention signée par la cité de l’innovation de l’université Hassan 1er de Settat, ce projet s’étale, selon cette structure, sur une durée de «dix mois».

En détail, le projet «Ayni» est, selon la même source, créé par la jeune startup Edronic Technologie. Il s’agit d’une
«solution matérielle et logicielle facilitant la réinsertion des aveugles dans la vie sociale et professionnelle, grâce à des techniques de pointe, telles que l’intelligence artificielle, et aux objets connectés». Quant au brevet de cette innovation, il est déposé à l’OMPIC au moment où le suivi, l’accompagnement et le monitoring de ce projet sont assurés par Mohamed El Fane, président de la Fédération marocaine de la franchise.

A propos du projet «Ayni», qui est une histoire de «cœur», le CEO et co-fondateur, El Mehdi Mahir, indique : «L’idée est venue le jour où j’ai eu l’occasion d’aider un camarade aveugle dans le cadre de son examen du baccalauréat. J’ai pu donc échanger avec de nombreuses personnes de l’ONG qui m’ont invité dans le cadre de ce programme d’aide aux personnes diminuées. J’ai constaté les souffrances quotidiennes des personnes malvoyantes et non-voyantes». Comme il le rappelle, ces personnes ont le choix d’une seule branche et après leurs examens, peu d’entre elles finissent leurs études ou obtiennent un diplôme. «Au-delà des perspectives futures limitées, le manque d’infrastructures au Maroc rend leur quotidien extrêmement pénible. A l’heure où le progrès technologique bat son plein, ces citoyens à part entière, méritent une mise en lumière», exalte le CEO.

Cela étant, Edronic a une vision et des perspectives de développement. Cette startup vise ainsi à être, dans un premier temps, le leader sur le marché marocain, africain et du Moyen-Orient. Elle veut également «développer une solution matérielle et logicielle qui permet la réinsertion des non-voyants dans la vie sociale et professionnelle. «Notre système contient un module de GPS et de carte SIM pour envoyer la longitude et l’altitude à une personne choisie avec suivi en temps réel avec une application mobile.

En d’autres termes, le dispositif est muni de caméras et de capteurs de détection d’obstacles ainsi que d’un module GSM/GPS. En termes de technologie, le système est embarqué pour la reconnaissance des caractères, des objets et des visages. Aussi, une oreillette à conduction osseuse transmettant le sens sous forme de vibrations est intégrée pour ne pas isoler la personne du monde extérieur.
Pour rappel, la cité de l’Innovation est un organisme créé par l’université Hassan 1er dans le but de stimuler l’innovation auprès des étudiants et des enseignants chercheurs, de soutenir les porteurs de projets et de valoriser le transfert des résultats de recherche vers le monde socio-économique.
La mise en place de cette structure s’inscrit dans le cadre du programme national «Cités de l’Innovation» qui constitue l’un des axes principaux de la stratégie de l’innovation promue par le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministère de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique.
Cette cité poursuit, malgré la crise sanitaire, sa mission de révélateur de talents et continue à soutenir les porteurs de projets et de valoriser le transfert des résultats de recherche vers le monde socio-économique. Salutaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *