Bac 2014: Une armée de 100 000 fonctionnaires mobilisée

Bac 2014: Une armée de 100 000 fonctionnaires mobilisée

Dans moins d’une semaine, quelque 502.127 candidats toutes filières confondues, dont 287.688 d’étudiants et 214.439 d’étudiantes vont démarrer cette année leur série d’épreuves du baccalauréat selon le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle.

Ces chiffres ont connu une hausse de 4,7% par rapport à l’année dernière.
La session 2014 est marquée par une forte augmentation du nombre de candidats inscrits dans les établissements privés. Ils sont 25.748 candidats et représentent 5% de l’ensemble des candidats.

Dans les établissements publics, ils seront 310.388 lycéens et lycéennes à passer l’épreuve. Quant au nombre de candidats retenus pour le Bac libre, il a connu une forte hausse de 7,3% par rapport à la saison 2013. Que cela soit en filière littéraire ou scientifique et technique, le ministère a déclaré qu’il y a une hausse considérable du nombre des candidats respectivement de 7,9 et de 2%.
Par ailleurs, cette saison se caractérise par l’informatisation avancée du système de gestion des examens et d’offrir le climat idéal pour les candidats à besoins spécifiques.

L’organisation de l’examen du baccalauréat a nécessité la mobilisation de 31 comités de préparation d’épreuves qui a livré 165 sujets d’examen. Au niveau régional, 24.240 classes ont été aménagées pour contenir les candidats dans l’espace de 1.500 centres d’examen. Et pour assurer un bon contrôle, le ministère a déployé un ensemble de 50.000 contrôleurs, 1.800 superviseurs, et 40.000 correcteurs. Ces derniers se chargeront de corriger pas moins de 3,6 millions de copies.

Pour la circonstance, le ministre a confirmé l’intérêt que le gouvernement accorde au bon déroulement des examens. «Toutes les dispositions ont été prises pour rendre les examens transparents et limiter les fraudes», lit-on dans le communiqué.

Il exhorte ainsi les candidats et candidates à compter sur l’effort personnel et les enseignants et les autres acteurs de l’école à veiller à la lutte contre la fraude à l’école qui est passible de peines pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *