Société

Cas d’école : Lycée Moulay Youssef, un berceau de l’excellence

© D.R

Nul ne peut parler du meilleur établissement scolaire à Rabat sans évoquer le lycée Moulay Youssef. Perché près du Méchouar et la mosquée Assounna, ce lycée témoigne, au fil des années, de l’excellence de l’élite qui y a fait sa scolarité. A commencer par «SM le Roi Mohammed VI et SAR le Prince Moulay Ismaïl qui suivaient des travaux pratiques dans le laboratoire scientifique. De même, la majorité des hauts commis de l’Etat sont des anciens élèves du lycée Moulay Youssef. C’est le cas, entre autres, de Fathallah Oualalou et Mohamed Elyazghi», révèle Ahmed Zaaraoui, directeur du lycée. C’est en février 1916 que le lycée Moulay Youssef fut créé, dans l’ancienne médina, en vertu d’un Dahir. D’ailleurs, il portait l’appellation du petit collège musulman. Quatre ans plus tard, en 1920, il a été transféré au Méchouar, sa place actuelle. Et depuis le temps, l’enseignement secondaire a été créé dans le lycée. Actuellement, cet établissement abrite 20 classes au profit de 626 élèves dans l’enseignement secondaire. Et c’est en 1985 que les classes préparatoires ont été créées à Moulay Youssef. S’agissant du corps enseignant, il compte 56 professeurs dans l’enseignement secondaire et 54 dans les classes préparatoires. Quant au personnel, il se compose de 31 fonctionnaires et 11 agents de service. Dans le cadre de nomination de Moulay Youssef comme lycée d’excellence, le ministère a organisé un concours d’accès pour les élèves du tronc commun. «Aucun candidat n’a présenté sa demande pour la branche littéraire. D’ailleurs, 5 élèves ont préféré le tronc commun technologique», a expliqué M. Zaaraoui. De surcroît, le lycée organise des séances de concentration de trois jours au profit des élèves de la 1ère année du Bac pour les préparer à l’examen régional et de la 2ème année du Bac pour les préparer à l’examen national. De même, le lycée offre des séances de concentration de 5 à 6 jours (en fin mars) aux élèves de la 2ème année des classes préparatoires (de 8 h à minuit) pour les préparer au concours national et français pour l’accès aux écoles d’ingénieurs. Ces cours sont encadrés par des professeurs enseignant soit au lycée Moulay Youssef, soit dans d’autres lycées à Kénitra, Casablanca ou Mohammedia. Dans ce sens, un montant de 26 millions de centimes a été alloué, l’année dernière, à 200 élèves des classes préparatoires. Cette enveloppe a été financée grâce à une contribution des élèves à hauteur de 100 DH par jour, de la Caisse de dépôt et de gestion, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications, l’association des parents d’élèves et l’Association des œuvres sociales du ministère de l’Education nationale. Une telle initiative est de nature à confirmer l’excellence du lycée. D’ailleurs, le taux de réussite au Bac, toutes branches confondues, a atteint 82% l’année dernière. De son côté, l’association des parents d’élèves ne cesse de déployer des efforts pour satisfaire aux besoins des élèves. Cette année, elle a financé le matériel didactique consistant en PC portables, vidéoprojecteurs et écrans plasma pour les internes. Le financement est assuré grâce à une cotisation des élèves, à raison de 100 DH par an pour le lycée et 200 DH pour les classes préparatoires, à la contribution des partenaires et au soutien de l’association Moulay Youssef. En outre, l’association des parents d’élèves vient en aide aux élèves nécessiteux des classes préparatoires en finançant le dossier des concours français. Comme elle recourt au soutien d’Attijariwafa bank pour organiser les séances de concentration pour le concours écrit et pour les élèves des classes préparatoires qui vont passer l’oral en France. Par ailleurs, outre les travaux de réaménagement réalisés au lycée l’an dernier  avec un budget de 11 MDH, un projet pour la rénovation de la bibliothèque a été lancé. «Il se peut que cette bibliothèque, qui sera financée par Cheikh Mohammed Ben Zayed des Emirats arabes unis, soit l’unique au Maroc», a révélé M. Zaaraoui qui a caressé l’espoir de voir ce projet réalisé dans les plus brefs délais pour que le public puisse en bénéficier.


Fabriquer un masque de carnaval
Un élève a toujours besoin de s’épanouir. L’organisation d’un carnaval est l’une des activités qui peuvent contribuer à cet épanouissement. Il suffit de fabriquer un bon masque et c’est parti pour la fête ! Tout d’abord, il faut respecter le choix des enfants. Entre papillon, chat ou dinosaure, les petits n’ont que l’embarras du choix. Cependant, la manière de procéder demeure la même. Pour ce faire, il faut disposer de la bande plâtrée, de bandes de coton ou encore du papier journal et de la colle à papier peint. Il faut également avoir une crème pour visage, des chiffons, une paire de ciseaux et un peu d’eau. Tout d’abord, il faut commencer par mettre la crème sur le visage. Ensuite, on coupe les bandes plâtrées d’une dizaine de centimètres. Puis on recouvre tout le visage sauf les trous des narines et le contour des yeux. Dès que le masque est rigide, on l’enlève en douceur du visage en commençant par les contours. Après, on peut mettre de la peinture et le décorer avec des collages de plume ou des papiers de décoration ou encore des perles. On peut aussi donner un éclat au masque en donnant un petit coup de bombe dorée et argentée pour mélanger les deux couleurs de métaux. Et votre masque est fin prêt !

Articles similaires

Société

Education nationale : Voici les nouvelles dates des examens

Les nouvelles dates des examens au titre de l’année 2024 ont été...

SociétéUne

Chaque Marocain produit annuellement 4,8 kg de déchets électroniques

La production des déchets électroniques au Maroc s’élève à 177 millions de...

SociétéUne

Hépatites virales : Le Maroc compte réduire les nouvelles infections et la mortalité de 50% d’ici 2026

Dans un nouveau rapport, l’Organisation mondiale du la santé (OMS) tire la...

SociétéUne

Barrages : Le taux de remplissage atteint 32,84% au 14 avril 2024

La situation des barrages du bassin Oum Er Rbia et du Souss-Massa...