SociétéUne

Casablanca modernise son système de gestion pour les taxis

© D.R

Casablanca compte un nombre très important de taxis nécessitant une meilleure gestion et organisation de cette activité. Pour ce faire, la wilaya de Casablanca-Settat prépare un projet qui consiste en l’acquisition et la mise en œuvre d’une solution complète pour la gestion des chauffeurs de taxis, des permis de confiance biométriques, des agréments et des véhicules taxis de la préfecture de Casablanca.

La wilaya de Casablanca-Settat veut moderniser la gestion des taxis dans la préfecture. Elle procède actuellement à l’acquisition et la mise en œuvre d’une solution complète pour la gestion des chauffeurs de taxis, des permis de confiance biométriques, des agréments et des véhicules taxis de la préfecture de Casablanca, ainsi que les prestations de maintenance y afférentes. Il s’agit d’installer un serveur central dans la préfecture de Casablanca, ainsi que les autres équipements informatiques et accessoires. Ce projet concerne aussi la mise en place des bornes de contrôle biométrique au niveau des dix postes de contrôle et de pointage convenus avec les services de la sûreté nationale (Centre de Brahim Roudani, Centre de proximité Roma, Centre de proximité Nour, Centre de proximité Cherifa, Centre de proximité Hakam, Centre de proximité Al Ouahda, Centre de proximité Tarik, Centre de proximité Al Hadika, Centre de proximité Jamal Dorra et le Centre de l’aéroport Mohammed V).

En quoi consiste la solution adoptée ?
«La solution est composée d’un logiciel modulaire et évolutif communiquant directement et en temps réel avec les bornes de contrôle (bornes de pointage) installées dans les différents postes de pointage. Ces bornes sont raccordées au réseau informatique par l’intermédiaire de liaisons ADSL avec adresse IP fixes», explique la wilaya de la région Casablanca-Settat. La solution fournie devra également intégrer, entre autres, une interface web et une application mobile (iOS, Android) dont l’utilisation est destinée aux autorités compétentes chargées de la gestion du secteur des taxis. Cette solution permettra également aux responsables d’accéder aux modules web et applications mobiles à partir de leur espace personnel et pourront consulter et/ou imprimer et/ou exporter le contrôle du permis de confiance en un clic, de consulter la fiche et la photo du chauffeur, la liste des chauffeurs ayant travaillé (pointé) un jour donné. Ils pourront aussi savoir les chauffeurs en activité pendant une période, les chauffeurs absents pendant une période, les chauffeurs inactifs depuis une certaine date, les agréments (n° de taxi) en exploitation, les agréments non exploités depuis un certain temps, les véhicules taxis utilisés et les caractéristiques de ces véhicules issues des cartes grises (type et marque du véhicule, date de mise en circulation, …), l’association agréments/véhicules (agréments affectés aux véhicules), les chauffeurs tournant sur les taxis (liste des chauffeurs exerçant sur chacun des taxis), les dates de fin de validité des assurances des véhicules, les dates de fin de validité des contrôles techniques, les dates de fin de validité des visites médicales des chauffeurs. Elle permet aussi d’accéder aux rapports de pointage des chauffeurs, par jour et par période et savoir les chauffeurs objet d’une plainte ou de retrait provisoire/définitif du permis de confiance, par jour et par période.

Mode d’emploi
En termes d’installation, les bornes de contrôle seront mises en place au bord des passages réservés au pointage des taxis. Ainsi, les chauffeurs se présentent dans leurs taxis, les types de taxis et leurs numéros d’agréments sont automatiquement identifiés par la borne grâce aux plaques d’immatriculation des taxis. Comme l’explique la même source, les chauffeurs doivent pouvoir pointer sans quitter leurs véhicules. «La procédure de pointage est pilotée par l’agent de police positionné de l’autre côté de la borne face à l’écran tactile. La borne de pointage doit donc disposer des interfaces nécessaires pour permettre d’une part à l’agent de contrôler le processus de pointage et d’autre part au chauffeur d’être automatiquement authentifié par empreinte digitale ou reconnaissance faciale après avoir placé son permis de confiance dans la borne», relève la wilaya de Casablanca-Settat. Autrement dit, la borne de pointage doit être dotée de deux faces, l’une orientée vers l’agent de police et l’autre vers le chauffeur (assis dans son taxi) et chacune des faces comprendra les périphériques (écran, caméra, capteur, voyants) nécessaires au bon déroulement de la procédure de pointage. Et ce n’est pas tout. Une base de données contenant toutes les informations relatives aux chauffeurs, agréments et véhicules taxis devra être constituée. En termes de chiffres, cette opération inclut 40.000 chauffeurs environ et 15.000 agréments environ en circulation.

Articles similaires

SociétéUne

Aïd Al Adha: Grâce Royale au profit de 1484 personnes

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a bien voulu...

ActualitéUne

SM le Roi, Amir Al Mouminine, accomplira lundi la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Hassan II à Tétouan

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accomplira...

ActualitéUne

Opération « Marhaba 2024 »: Arrivée du premier navire au port d’Al Hoceima

Le premier navire transportant environ 220 Marocains résidant à l’étranger (MRE) et...

ActualitéUne

L’ONEE appelle à rationaliser la consommation de l’eau potable

L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) – Branche Eau-...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux