Chefchaouen et Asilah se lancent le défi de zéro cas de contamination

Chefchaouen et Asilah se lancent le défi de zéro cas de contamination

Les habitants ont fait montre de discipline et de citoyenneté bien avant le confinement

Les représentants de la société civile et les simples habitants des deux villes font de leur mieux pour rester toujours en contact pour dénoncer les rares irrégularités constatées pendant cette période exceptionnelle ou pour mener des actions solidaires en coordination le plus souvent avec  les autorités locales.

Célèbres toutes les deux par leur aspect touristique au niveau international, Chefchaouen et Asilah restent épargnées par l’épidémie du coronavirus. C’est au grand bonheur des habitants qui ont voulu faire comme leur slogan commun «Zéro cas de contamination». Très actifs sur les réseaux sociaux et respectueux des règles du confinement, les représentants de la société civile et les simples habitants des deux villes font de leur mieux pour rester toujours en contact (via des moyens de communication virtuels ou le téléphone) pour dénoncer les rares irrégularités constatées pendant cette période exceptionnelle ou pour mener des actions solidaires en coordination le plus souvent avec les autorités locales.

D’ailleurs, les habitants de Chefchaouen et Asilah ont fait preuve de leur sagesse, de leur discipline et de leur sens de citoyenneté bien avant l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire décrété par le Maroc il y a plus d’une vingtaine de jours. Par mesure de précaution, ils ont eux-mêmes choisi, pendant ce temps, de se confiner à la maison, rendant la plupart des rues vides. Ce qui a valu à Chefchaouen et Asilah le surnom des deux cités fantômes.

Depuis le début de cette crise sanitaire, les Chefchaouanis, comme les Zaïlachis, se sentent entrer en compétition avec eux-mêmes pour conserver le «zéro cas de contamination». A Chefchaouen, les autorités locales, la commune et les représentants de la société civile multiplient les belles initiatives citoyennes reflétant leur sens de créativité et d’imagination pendant cette période exceptionnelle. Le conseil communal a été, à titre d’exemple, et en coordination avec les autorités locales, à l’origine de l’équipement des célèbres fontaines publiques de la ville par des distributeurs de savon.

Ce qui permet aux habitants de laver leurs mains avec de l’eau et du savon, selon les règles d’hygiène recommandées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Dans ce sens, les autorités locales et la commune ont décidé de dresser des tentes de désinfection pour l’accès aux souks, considérés parmi les lieux publics à risque à Chefchaouen. De leur part, les jeunes Chefchaouanis poursuivent leurs actions solidaires à travers la distribution des médicaments et des aides alimentaires aux populations locales dans le besoin et les personnes âgées.

De leur côté, les Zaïlachis continuent de donner l’exemple par leur sens de solidarité et d’entraide leur permettant de surmonter cette période de crise sanitaire. Pour encourager les gens à respecter les règles du confinement obligatoire, des jeunes sont à l’origine d’une belle initiative baptisée «Restez chez vous». Ils se portent volontaires pour faire les courses au profit particulièrement des seniors et des personnes malades et de les livrer gratuitement à domicile.

A l’instar de ces jeunes bénévoles, des commerçants contribuent à cet élan de solidarité par la distribution des paniers de produits de première nécessité pour les populations en difficulté. C’est également le cas d’une unité de fabrication des chaussures et des sacs en cuir, qui s’est transformée pendant cette période d’arrêt d’activité, à la production des masques pour les distribuer gratuitement aux habitants de la ville.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *