Compte à rebours pour la production de vaccin anti-Covid au Maroc

Compte à rebours pour la production de vaccin anti-Covid au Maroc

Le démarrage attendu pour décembre avec 5 millions de doses mensuellement

En guise de première étape, la capacité de remplissage en flacons ou en seringues préremplies déjà existantes dans le pays sera utilisée, ce qui permettra d’enclencher une coopération technique entre Sinopharm et Sothema.

Plus que quelques semaines avant le démarrage de la production du vaccin contre la Covid-19 au Maroc. Attendus pour décembre prochain, les premiers vaccins «made in Morocco» devraient concerner le laboratoire chinois Sinopharm. Selon Dr Said Afif, membre du Comité technique et scientifique de la vaccination, le Maroc pourra dès décembre prochain produire 5 millions de doses du vaccin chinois mensuellement. Dr Afif, qui répondait à une question d’une agence de presse internationale, a expliqué que ce projet vient dans le cadre du chantier qui a fait l’objet d’un partenariat signé devant le Souverain. Pour rappel, un contrat avait été signé pour la mise à la disposition de l’État marocain des installations de remplissage aseptiques de la Société de thérapeutique marocaine (Sothema) pour la fabrication du vaccin anti-Covid-19, propriété de la société Sinopharm. Le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb, avait alors souligné que ce projet est la réponse idoine aux risques d’apparition de nouveaux variants viraux, de rareté des vaccins sans oublier le risque naturel d’apparition de nouvelles épidémies. Plus que quelques semaines nous séparent aujourd’hui de la date annoncée lors de la signature du contrat entre les parties concernées. Les responsables avaient annoncé qu’en guise de première étape, la capacité de remplissage en flacons ou en seringues préremplies déjà existantes dans le pays sera utilisée, ce qui permettra d’enclencher une coopération technique entre Sinopharm et Sothema.

Bientôt Moderna ?

Si la production des vaccins chinois était déjà dans le pipe depuis des années, l’arrivée d’un autre acteur mondial avait créé la surprise. En effet, un mémorandum de coopération concernant l’établissement de capacités de fabrication de vaccins avait été signé entre l’État marocain et la société suédoise Recipharm. Il s’agit d’un des leaders mondiaux de fabrication en sous-traitance de produits de la biotechnologie et des vaccins. Une installation qui coïncide avec l’annonce par Moderna, l’un des fabricants les plus en vue de vaccins à ARN messager contre la Covid-19, de son projet d’installer une unité de production en Afrique. Quel rapport entre les deux ? Il faut savoir que Recipharm fabrique notamment dans son usine en France le vaccin Moderna. Les deux entités ont ainsi des liens de coopération importants. De même, le Royaume est aujourd’hui l’un des favoris à l’échelle du continent pour recevoir les investissements de Moderna puisque quelques pays africains seulement peuvent accueillir ce genre d’installation sans oublier que d’autres Etats ont déjà des partenariats avec des concurrents de Moderna comme l’Afrique du Sud qui avait annoncé un projet avec Pfizer-Biontech pour la production du vaccin de ce dernier. En attendant, le Maroc est bien parti pour devenir l’un des grands producteurs continentaux des vaccins contre le coronavirus mais également d’autres infections qui représentent de véritables défis pour le continent.

Projet royal

Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait présidé début juillet au Palais Royal de Fès la cérémonie de lancement et de signature de conventions relatives au projet de fabrication et de mise en seringue au Maroc du vaccin anti-Covid-19 et autres vaccins.

Ce projet structurant permettra d’assurer l’autosuffisance du pays tout en approvisionnant le continent africain et les pays maghrébins voisins. Il est destiné à faire du Maroc une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du continent africain et du monde dans le domaine de l’industrie du «fill & finish». Un mémorandum de coopération entre le Maroc et le groupe pharmaceutique chinois Sinopharm a été signé lors d’une cérémonie présidée par le Souverain.

Le projet vise à démarrer à court terme avec une capacité de production de 5 millions de doses de vaccin anti-Covid-19 par mois, avant de démultiplier progressivement cette capacité à moyen terme. Il mobilisera un investissement global de l’ordre de 500 millions de dollars. A noter que le lancement de ce partenariat s’inscrit dans le prolongement de l’entretien téléphonique du 31 août 2020 entre le Souverain et le Président de la République Populaire de Chine, Xi Jinping.

Afrique

Le laboratoire biotechnologique américain Moderna vient d’annoncer son intention de construire une usine de vaccins ARNm en Afrique. Moderna prévoit ainsi un investissement potentiel de 500 millions de dollars pour son unité de production africaine, notamment dans le but de produire des vaccins anti-Covid ainsi que de futurs vaccins de laboratoire. Cependant Moderna, sans sa dernière communication début octobre dernier, n’a pas précisé le nom du pays qui devra recevoir ses installations, se contentant d’affirmer que la sélection d’un pays et d’un lieu pour implanter une telle usine se ferait bientôt. Il faut préciser que la future usine sera d’une capacité de production de 500 millions de doses de vaccins par an. Il s’agit notamment pour le projet d’assurer une production de substances actives. Moderna travaille au développement d’une vingtaine de vaccins, en particulier dans le domaine des maladies infectieuses. Actuellement, le laboratoire produit essentiellement un vaccin anti-Covid. La production a déjà atteint 500 millions de doses du vaccin Spikevax, avec un objectif d’atteindre une capacité de 1 milliard de doses à fin 2021 et de 3 milliards de doses en 2022.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *