SociétéUne

Conservation des Océans: Distinction internationale de Saâd Abid

© D.R

Le militant et écologiste marocain, Saâd Abid, président de l’association Bahri, a remporté le prestigieux « OceanLove Innovation Award » aux Pays-Bas pour son engagement en faveur de la conservation des océans.

Son outil innovant de traitement des micro-déchets, appelé « Chbika », a remporté le 1er prix parmi un ensemble de candidatures provenant de 38 pays.

Dans son discours de remerciement prononcé le mercredi 19 juin à La Haye, Saâd Abid a exprimé à la fois sa surprise et sa gratitude : « J’allais déjà être heureux si je faisais partie des cinq gagnants, car c’est la toute première fois que nous participons à un concours international. »

« Chbika » est conçu pour collecter et gérer efficacement les micro-déchets surtout le microplastique, qui représentent une menace importante pour la vie marine et les écosystèmes.

Les micro-déchets, composés de minuscules particules de plastique et d’autres polluants, passent souvent inaperçus mais ont un impact dévastateur sur la biodiversité marine.

On estime que 171 milliards de morceaux de plastique flottent dans les océans du monde entier et que ce chiffre pourrait tripler d’ici 2040 si aucune mesure n’est prise.

Pour Saâd Abid, « Il est maintenant temps de révolutionner et c’est ce que nous avons fait avec Chbika. Les nettoyages manuels sont bon marché mais ne sont pas efficaces pour les microplastiques, tandis que les machines comme la cribleuse de plage sont efficaces mais très chers, c’est pourquoi Chbika est l’outil idéal.

Abid vise à résoudre ce problème avec une solution pratique et évolutive qui peut être mise en œuvre dans les régions côtières du monde entier. Abid a expliqué les origines et le développement de Chbika.

Il a expliqué que c’est son passé de surfeur et de joueur de tennis qui a inspiré le concept initial. Lors des nettoyages de plages, ils ont utilisé un outil conçu pour filtrer les petites particules, une idée née d’un outil de nettoyage lié aux ramasseurs de balle qui balaient le terrain de tennis. « Nous savons que les microplastiques sont un gros problème dans le monde entier. Nous avons commencé à développer cet outil en 2016. Et en 2022, une vidéo est devenue virale avec 14 millions de vues organiques sur Instagram. Beaucoup de gens ont été inspirés par cette vidéo, comme Diego Saldana au Brésil, qui est devenu un pionnier de la technologie et l’a développée », a-t-il ajouté.

Cet intérêt généralisé les a encouragés à poursuivre le développement de l’outil, a déclaré Saad Abid, soulignant non seulement son utilité pratique pour éliminer les microplastiques, mais aussi son rôle dans la sensibilisation aux polluants cachés dans le sable et dans la promotion de la protection de l’environnement car il ouvre la discussion avec des estivants.

Il a également souligné l’engagement de son équipe de l’Association Bahri à rendre l’outil accessible à tous. L’équipe prévoit d’utiliser 100 % des 10 000 euros du prize money pour créer un nouveau site web et télécharger des manuels d’utilisation dans plusieurs langues afin de s’assurer que les gens du monde entier puissent reproduire et utiliser l’outil localement.

Inauguré en janvier 2024, le prix de l’innovation OceanLove est une initiative d’OceanLove, une organisation mondiale à but non lucratif dédiée à la conservation des océans.

Le prix de l’innovation OceanLove s’inscrit dans le cadre de la « Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer au service du développement durable » et soutient l’objectif de développement durable n° 14 des Nations unies : « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ».

Le prix vise à inspirer et à reconnaître les individus et les équipes du monde entier qui développent des solutions créatives pour protéger les océans et leurs écosystèmes.

Cette année, les candidatures ont été très variées, en particulier dans les pays du Sud, avec des finalistes du Brésil, du Chili, de la Colombie, de l’Égypte, du Kenya, du Maroc et de l’Afrique du Sud. Le prix a été décerné par un jury composé de scientifiques et d’activistes de huit pays, présidé par Sian Owen, directeur exécutif de la Deep Sea Conservation Coalition.

30 participants ont été sélectionnés pour présenter leurs idées au cours d’un entretien de 45 minutes, puis 10 finalistes ont été choisis et invités à se rendre à La Haye.

Les 5 premiers recevront un don de 5000 euros et le gagnant final recevra une subvention de 10.000 euros. Saâd Abid, du Maroc, est le gagnant final.

Articles similaires

EconomieUne

Investissements étrangers : Les efforts du Maroc mis en exergue par le Département d’État américain

L’engagement du Maroc pour booster les investissements s’illustre notamment par l’adoption en...

ActualitéUne

Tamwilcom présente à Tanger les mécanismes dédiés au financement des projets des Marocains du monde

Tamwilcom a organisé, jeudi à Tanger, une rencontre sous le thème « Soutenir...

SportsUne

Bouchra Baibanou lance le Toubkal Adventure Girls 2024

L’alpiniste Bouchra Baibanou, pionnière de l’alpinisme et source d’inspiration pour des générations...

SociétéUne

Le CNDH plaide pour «une ville des droits»

Le développement durable et inclusif des villes est intimement lié aux droits...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux