970x250

Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc

Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc

La fin d’une vague épidémique ne signifie pas la fin de l’épidémie, la propagation du virus se poursuivra à un niveau faible avec la possibilité de la parution d’une éventuelle vague, mais pas imminente.

Fin de la seconde vague Omicron. C’est ce qu’a annoncé, mardi, le ministère de la santé et de la protection sociale expliquant qu’elle s’achève après deux semaines successives de niveau de vigilance «vert faible» de la circulation communautaire de la Covid-19 marquant ainsi le début de la phase post-vague, à savoir la quatrième période intermédiaire. «Le Maroc a connu une quatrième vague de la circulation communautaire de la Covid-19 qui a duré 11 semaines et a atteint son apogée dans les deux semaines du 20 juin au 03 juillet derniers», rapporte le coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique du ministère de la santé et de la protection sociale, Mouad Mrabet, lors de sa présentation du bilan bimensuel de la situation épidémiologique (5 juillet au 8 août 2022).

La fin d’une vague épidémique ne signifie pas la fin de l’épidémie, tient à préciser le responsable, relevant que la propagation du virus se poursuivra à un niveau faible avec la possibilité de la parution d’une éventuelle vague, mais pas imminente.

Ainsi, les deux dernières semaines ont connu une décroissance graduelle du niveau de la circulation du virus. Selon Mouad Mrabet, le taux de positivité des analyses est passé de 22,6% pendant la semaine de pointe à 3,2% la semaine dernière, avec un indice de reproduction des cas qui se situe à 0,83. Il explique dans le même sens que selon les derniers rapports du Consortium national de veille génomique, Omicron est toujours répandu avec deux principaux sous-mutants (BA.5 82,5%) et (BA.2 10,5%), contre 7% pour les autres sous-mutants. Pour ce qui est des autres indices, le coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique évoque une baisse de 76% du nombre de cas graves ou critiques dans les services de réanimation s’établissant à 999 cas pendant cette quatrième vague, contre 4.201 qui ont été admis pendant la même période durant la 1ère vague d’Omicron. Pour lui, ce résultat est dû au fait que les citoyens acquièrent une immunité naturelle et vaccinale contre les cas graves et critiques.

Un total de 931 cas graves dus à la Covid-19 ont été évités pendant la vague actuelle et ce grâce à la campagne nationale de vaccination, explique-t-il en se référant aux données du Centre d’opérations d’urgence de santé publique relevant du ministère. S’agissant des cas de décès, ils s’élèvent à 182 au cours de cette vague, contre 1.182 durant la première vague d’Omicron, soit une baisse de 85% par rapport aux deux vagues.

Le taux de personnes ayant pris la dose de rappel s’élève à 18,3%

Concernant la campagne nationale de vaccination, le taux des personnes ayant pris la dose de rappel est de 18,3%, alors que près de 30.000 personnes ont reçu la quatrième dose. Au cours de sa présentation, le responsable du ministère de la santé et de la protection sociale a réitéré l’appel à l’ensemble des citoyens âgés de 60 et de 18 ans et plus ainsi qu’aux personnes atteintes de maladies chroniques à recevoir la dose de rappel, six mois après avoir reçu la 3ème dose, exhortant les personnes qui présentent des symptômes respiratoires à porter le masque et à cesser toute activité professionnelle ou sociale, tout en se rendant aux établissements de santé pour diagnostic et traitement approprié.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.