Déconfinement : Les transporteurs rejettent les cahiers des charges

Déconfinement : Les transporteurs rejettent les cahiers des charges

Ils revendiquent l’ouverture d’un dialogue avec les parties prenantes

Les professionnels du transport de voyageurs interurbain refusent de reprendre leurs activités à cause des cahiers des charges relatifs à la reprise du secteur, mis en place par la tutelle. «Les cahiers des charges comportent des conditions «irréalisables». Ils ne permettent pas de donner vie à ce secteur vital ayant un lien fort avec les citoyens à faible revenu», lit-on dans un communiqué signé par plusieurs associations et syndicats représentant le secteur, en indiquant que «l’activité de transport de voyageur reste à l’arrêt jusqu’à la prise d’une décision».

Les contestataires ont estimé que ces cahiers des charges les «excluent» de manière systématique. Dans ce contexte, les professionnels revendiquent l’ouverture d’un dialogue avec les responsables concernés. «Nous demandons l’ouverture d’un dialogue sérieux avec les parties prenantes afin de sortir de cette crise», souligne-t-on. Rappelons que le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique a conditionné la reprise de l’activité par le respect des dispositions d’un cahier des charges relatif à la gestion des dangers de la propagation de l’épidémie de Covid-19. Ce cahier des charges comporte une série de mesures et de dispositifs préventifs à respecter strictement par les transporteurs, les responsables des gares, les employés ainsi que les voyageurs afin d’offrir des services sûrs, garantissant la sécurité et la santé de tous, en plus de limiter la propagation de la contagion du virus.

Parmi les mesures mises en place, les professionnels doivent disposer obligatoirement à bord des autocars et pour chaque voyage d’une liste contenant les informations des passagers, en particulier le numéro de la carte d’identité nationale ainsi que le nom, le prénom et le numéro de téléphone. Cette liste doit être faite en trois copies par les guichetiers des gares routières (à savoir le bureau de vente de tickets) pendant l’opération de vente des tickets de voyage. Ainsi, la première copie sera présentée au responsable de la gare routière, la deuxième au conducteur de l’autocar alors que la troisième copie sera gardée par le guichet.

Concernant les autocars autorisés à transporter des passagers au cours du trajet, ils doivent mettre à jour cette liste à chaque point d’embarquement en respectant la capacité maximale de 50%. Par ailleurs, l’entreprise du transport doit garder toutes les listes et les archiver (durée d’un mois minimum après la date de chaque voyage). Le transport touristique est soumis aux mêmes conditions (paraphe, signature et archivage du cahier des charges relatif aux entreprises du transport routier en commun de personnes, la disponibilité à bord du véhicule pour le contrôle). Les professionnels doivent respecter le taux de 50% maximum de la capacité du véhicule et disposer du numéro de la carte d’identité nationale et le numéro de téléphone des voyageurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *