Déploiement de 280 radars mobiles et fixes de nouvelle génération : La guerre déclarée aux chauffards

Déploiement de 280 radars mobiles et fixes de nouvelle génération  : La guerre déclarée  aux chauffards

Au cours de cette année plus de 140 radars seront installés pour surveiller la vitesse  et le respect du feu rouge à l’intérieur comme à l’extérieur des milieux urbains.

C’est l’un des principaux facteurs de risque sur les routes. L’excès de vitesse continue de faire des ravages. Les autorités comptent déclarer la guerre sur les routes aux chauffards. Dans ce sens, pas moins de 140 radars mobiles et plus de 140 radars fixes ont été mis à la disposition, cette année, à chacun des organes de contrôle routier de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie royale. C’est ce qu’a révélé, mardi, le ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, lors d’une cérémonie organisée en marge de la tenue de la 2ème session du Conseil d’administration de l’Agence nationale de sécurité routière (NARSA).
Les autorités font le pari de la technologie pour mieux contrôler les infractions. Concrètement, il s’agit de radars de nouvelle génération qui permettront de contrôler le respect de la vitesse autorisée, mais pas que cela. Ces radars ont la capacité de contrôler au même moment les dépassements et le respect du feu rouge. L’annonce a été faite au cours d’une cérémonie de lancement par le ministre de tutelle. Dans le détail, les radars fixes affichent un total de 552 unités qui seront étalés sur une période de 3 années. Le ministre a indiqué dans ce sens qu’au cours de cette année plus de 140 radars seront installés pour surveiller la vitesse et le respect du feu rouge à l’intérieur comme à l’extérieur des milieux urbains. Plus loin encore, deux conventions ont été signées. La première avec la Sûreté nationale et la deuxième avec la Gendarmerie royale. L’objectif est de doter les forces de sécurité de radars portables. Ces radars sont également de nouvelle génération. Plus besoin pour les agents de contrôle de se placer loin des regards pour contrôler. En effet, les nouveaux engins de contrôle permettent de vérifier le respect par les automobilistes de la vitesse autorisée et de constater les infractions commises jusqu’à une distance totale de 2 km.

Si la baisse du trafic en raison de l’état d’urgence sanitaire a permis de réduire le nombre des victimes, les accidents enregistrent toujours des niveaux inquiétants au Maroc. Dans ce sens, les chiffres des 8 premiers mois de 2020 par rapport à ceux de 2019 reflètent des baisses. En attendant le bilan définitif qui ne sera disponible qu’en février prochain, le nombre des tués a baissé de 28% pour s’établir à 1.668. Les accidents mortels, qui se sont chiffrés à 1.506, ont diminué de 26,03%. Pour leur part, les accidents corporels ont enregistré une diminution de 24,91%, soit 50.926. A noter que la plus forte baisse (- 29,30%) a été enregistrée au niveau des blessés graves qui se sont établis à 4.046. Quant aux blessés légers, leur nombre a diminué de 27,30% en s’établissant à 67.449. Cela dit, ces baisses restent conjoncturelles car liées au contexte de la pandémie. En réalité, l’élément humain et le comportement des usagers de la route sont malheureusement encore déterminants dans cette guerre des routes qui sévit depuis des années.

Comportement

Selon le bilan de la DGSN pour les premiers jours de ce mois de novembre, les accidents sont principalement dus à l’inadvertance des conducteurs, au non-respect de la priorité, à l’excès de vitesse, à l’inadvertance des piétons, au non-respect de la distance de sécurité, au défaut de maîtrise des véhicules, au changement de direction non autorisé, au non-respect du stop, au changement de direction sans usage de signal, à la circulation sur la voie gauche, à la conduite en état d’ivresse, au non-respect des feux de signalisation et au dépassement non réglementaire.

Concernant le contrôle et la répression des infractions en matière de circulation, les services de sûreté ont enregistré 41.511 contraventions et établi 10.917 procès-verbaux soumis au parquet, alors que 30.594 amendes transactionnelles ont été recouvrées.
La DGSN fait aussi savoir que les sommes perçues ont atteint 6.455.925 dirhams, faisant état de la mise en fourrière municipale de 4.255 véhicules, de la saisie de 6.125 documents et du retrait de la circulation de 537 véhicules.

Août

Selon les dernières statistiques disponibles, à savoir celles du mois d’août, le nombre de tués a diminué de 33,98% en comparaison avec le mois d’août 2019 en s’établissant à 272. Les accidents mortels ont chuté de 33,15% en se chiffrant à 240. L’analyse des statistiques provisoires du mois d’août fait ressortir une baisse de 11,99% des accidents corporels qui se sont établis à 7.970. Pour leur part, les blessés graves ont régressé de 25,10% en se chiffrant à 731.

Il en va de même pour les blessés légers qui ont baissé de 17,96% en se chiffrant à 11.088. La diminution généralisée des indicateurs peut s’expliquer par une baisse du trafic automobile en raison de la crise sanitaire. Sans grande surprise, les premières victimes des accidents de la route sont les usagers vulnérables (piétons et usagers des deux et trois roues) qui demeure la catégorie la plus touchée enregistrant environ 57% des tués, suivie par les usagers des voitures de tourisme qui constituent plus de 33,8% de l’ensemble des tués.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *