Des baisses de chiffres d’affaires de plus de 70% : Les crèches privées demandent l’aide de l’Etat

Des baisses de chiffres d’affaires de plus de 70% : Les crèches privées demandent l’aide de l’Etat

Les crèches privées au Maroc sont au bord de la faillite.

L’Association marocaine des crèches privées (AMPC) tire la sonnette d’alarme en annonçant la perte de milliers d’emplois et la fermeture définitive de nombreuses crèches si des mesures de sauvetage ne sont pas prises par le gouvernement dans les plus brefs délais. L’association fait d’ailleurs savoir que certaines crèches se sont déclarées en faillite dès le mois de juin et ont été obligées de licencier leur personnel.

Selon l’association, les pertes financières sont considérables en relevant que les crèches se sont retrouvées avec des baisses de chiffres d’affaires de plus de 70%. Dans un communiqué, l’AMCP demande au ministère de la jeunesse et des sports de reconnaître officiellement les crèches privées comme étant impactées par la pandémie de Covid-19 et de débloquer au plus vite des aides d’urgence pour le maintien de l’emploi et de l’activité. L’AMCP demande enfin la réouverture le plus tôt possible de l’ensemble des crèches privées en respectant les normes sanitaires.

L’association signale que depuis la fermeture des crèches en mars dernier, due au confinement imposé par l’urgence sanitaire de la Covid-­19, celles-­ci n’ont toujours pas pu rouvrir, ni percevoir d’aide de l’Etat. «Les parents d’élèves et les responsables des établissements sont dans l’incompréhension, puisque certains établissements sont rouverts et aucune visibilité n’est donnée aux autres, parfois situés à seulement quelques kilomètres de distance», déplore l’association en signalant qu’à ce jour aucun communiqué officiel du ministère de tutelle n’a été publié. L’association fait remarquer que certains centres de loisirs et salles de sports se transforment pour accueillir des enfants de 1 à 6 ans sans être soumis à aucun contrôle ou à des normes sanitaires officielles. «De nombreux parents ont recours à des cours à domicile rassemblant 5 à 7 enfants, là encore, sans aucun contrôle ni aucune norme sanitaire», relève l’AMCP.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *