Société

Des trafiquants de drogue muselés

© D.R

Peut-être que les éléments de la brigade des stup.de la Police judiciaire d’El-Jadida ne s’attendaient nullement à ce joli coup de filet, le 28 janvier. A la suite d’informations qui leur étaient parvenues sur un trafiquant notoire de chira et de kif, des inspecteurs se sont déplacés au douar Ouled Hayani à Jorf Lasfar.
Dans cette localité située à une vingtaine de kilomètres d’El-Jadida, A.N, un récidiviste âgé de 22 ans, s’adonnait, en toute quiétude, à son trafic de drogue. Mais, ce dernier, sur ses gardes, parvint à prendre la poudre d’escampette avant d’être appréhendé par les policiers. Néanmoins, ceux-ci ne rentrèrent pas bredouilles. Puisqu’ils réussirent à saisir de chez le fuyard quelque 8 kg de kif et 160 g de tabac. Le trafiquant, d’après les informations, écoulait sa marchandise à la campagne. Et les seuls moments où il descendait en ville, c’était pour y rencontrer sa maîtresse, Fatima Zahra D., une prostituée de Zemamra qui a préféré élire domicile dans la capitale des Doukkala pour s’adonner à ses activités. Une surveillance étroite, mais discrète autour, de la fille pour ne pas éveiller les soupçons et le tour était joué. Car tôt ou tard, le recherché finira par mordre à l’hameçon ! Ce n’était donc que partie remise. Cette tactique fut concluante. Puisqu’il ne fallut pas plus d’une semaine pour que A.N se manifeste en bonne compagnie. Et au lieu d’un seul trafiquant, les fins limiers de la Brigade des stup. parvinrent à mettre le grappin sur tout un réseau. Ainsi, ils ont mis hors d’état de nuire un chauffeur de grand taxi, M.I, un récidiviste, père de 3 enfants et recherché depuis belle lurette. De même, ils ont mis le grappin sur T.R ,dit « Benguérir », dont le père purge une peine d’emprisonnement pour être, lui aussi, un trafiquant de drogue, R.L et une autre prostituée, Naïma Abou L. Tout ce beau monde a été cueilli à bord du taxi de M.I. Au commissariat, les trafiquants passèrent aux aveux et donnèrent ainsi leurs principaux fournisseurs qui se révélèrent être deux frères : Smaïl et Lahbib J. Une famille qui ne vit que de cette activité. D’ailleurs, deux de leurs frères sont actuellement emprisonnés pour le même motif. Ainsi, pour un coup de dé, ce fut une belle réussite.
Tout un réseau fut mis hors d’état de nuire par les fins limiers. Toutefois, la vigilance doit être toujours de mise pour mettre un terme à ces empoisonneurs de vies humaines. Notamment, nos jeunes qui tombent rapidement et parfois facilement entre leurs griffes.

Articles similaires

ActualitéSociétéUne

Ait Taleb lance à Boujdour les services de six centres de santé urbains et ruraux

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait...

Société

Hajj 1445 : Lancement de l’identité numérique

L’identité numérique des pèlerins permet aux pèlerins de prouver leur identité, par...

SociétéUne

153 millions DH pour la lutte contre les incendies de forêts en 2024

Durant l’année 2023, 6426 ha de forêts ont été ravagés par le...

SociétéUne

Le HCP décortique le profil et les déterminants des jeunes NEET au Maroc

Education, disparités régionales, contexte familial…