Disparition d’un garçon de 13 ans à Asilah : Le pire est à craindre

Disparition d’un garçon de 13 ans à Asilah : Le pire  est à craindre

Il n’a pas donné signe de vie depuis une semaine

Les Zaïlachis sont profondément inquiets après une semaine de la disparition d’Ilyas à la suite d’une partie de pêche avec son père sur l’une des plages de la ville. Eplorés, les parents gardent espoir de retrouver leur enfant de 13 ans sain et sauf, bien que les multiples recherches policières et marines n’aient encore abouti à rien. Les premiers éléments de l’enquête indiquent qu’Ilyas accompagnait comme d’habitude, dimanche 15 novembre, son père à la pêche sur l’une des plages rocheuses de la ville.

Ils sont restés presque une heure et demie ensemble, avant que l’enfant demande la permission à son papa d’aller pêcher avec ses amis qui se trouvaient près d’eux. Malheureusement il a perdu de vue son fils. Celui-ci a disparu. Il a mené avec sa femme ainsi que d’autres membres de sa famille et ses voisins de longues recherches sur les lieux. En vain. C’est ainsi que le père a décidé de recourir à la police, dont les éléments se sont dépêchés sur les lieux.
Dès l’annonce de la disparition d’Ilyas, des internautes ont multiplié leurs messages de soutien et de compassion à se parents en espérant pouvoir retrouver leur fils sain et sauf dans les plus brefs délais.

Ils continuent de relayer les photos de l’enfant sur les réseaux sociaux pour pouvoir informer et attirer l’attention sur cette disparition. Ils appellent ainsi à mobiliser tous les moyens pour qu’Ilyas ne subisse pas le même sort du petit Adnane retrouvé après quatre jours de sa disparition, violé et sans vie, enterré aux alentours de son domicile à Tanger. Ils dénoncent également la propagation de certaines fausses informations qui amplifient la douleur et l’inquiétude des parents ou de jouer en défaveur des recherches : comme l’annonce de la mort de l’enfant ou sa fugue dans une autre ville.
Comme les autres affaires de disparition et de violence faite aux enfants, celle d’Ilyas a suscité une vague d’indignation des ONG, à leur tête «Touche pas à mon enfant», qui a réitéré son appel à mettre en application le dispositif «Alerte-Enlèvement», qui a largement fait, selon un communiqué de la même association, ses preuves en Europe ou en Amérique du Nord.

«Malheureusement, nos différentes demandes de mise en œuvre du dispositif, que nous proposons de baptiser «Adnane Alerte» au Maroc en hommage au petit Adnane de Tanger, auprès du ministère public, n’ont à ce jour pas abouti.

Nous renouvelons ici notre requête, dans l’espoir premier que le jeune Ilyas nous revienne sain et sauf le plus tôt possible», fait savoir la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *