Dr Afif : Pas de vaccination pour les 5-11 ans

Dr Afif : Pas de vaccination pour les 5-11 ans

Les indicateurs en nette amélioration, 1.273.000 doses du vaccin Sinopharm reçues ce lundi et 5 millions prévues le 10 octobre

Le mixage des vaccins est possible, et même souhaitable : par rapport à la vaccination par un même vaccin, la production d’anticorps est plus importante en cas de mixage.

Le Comité technique et scientifique de vaccination qui s’est réuni ce lundi a écarté la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans. «Au vu des données scientifiques dont nous disposons actuellement, nous ne recommandons pas la vaccination des 5-11 ans», indique Dr Said Afif, membre du Comité. Le Comité suit de très près les études menées dans ce cadre. Signalons qu’il y a encore quelques jours, les résultats d’une étude annoncés par Pfizer et BioNTech avaient révélé que le vaccin contre le coronavirus développé par ces deux laboratoires est «sûr» et «bien toléré» par les enfants de 5 à 11 ans. Les effets secondaires du vaccin, dosé à 10 microgrammes par injection contre 30 microgrammes habituellement pour les plus âgés, sont «en général comparables» à ceux observés chez les personnes de 16 à 25 ans, notent les deux laboratoires.

Pour l’instant, la vaccination de cette tranche d’âge n’est pas possible au Maroc. Cela dit, la campagne de vaccination des 12-17 ans se poursuit. «Plus de 2.300.000 élèves ont reçu la 1ère dose, soit 76% et plus de 650.000 ont reçu les deux doses, soit un taux de 22%», précise Dr Afif. Quant à l’administration d’une 3ème dose depuis ce lundi pour les personnes ayant été complètement vaccinées depuis au moins six mois, pour lever toute ambiguïté, le Dr Afif rappelle à ce sujet que cette opération concerne le personnel de santé, les forces de l’ordre, le personnel enseignant ainsi que les personnes souffrant de maladies chroniques et les personnes âgées de plus de 65 ans. Cette dose de rappel se fera selon les vaccins actuellement disponibles, à savoir Sinopharm et Pfizer. Ainsi, la troisième dose peut être du même type des deux premières doses ou être différente.

Et par conséquent, le mixage des vaccins est possible, et même souhaitable : par rapport à la vaccination par un même vaccin, la production d’anticorps est plus importante en cas de mixage. Selon Dr Afif, les priorités sont les personnes âgées et celles atteintes des maladies chroniques, vu le risque des formes graves qu’elles peuvent encourir. L’administration de cette dose de rappel permettra de protéger ces personnes vulnérables pour éviter qu’elles se retrouvent en réanimation ou qu’elles décèdent. Diverses analyses ont montré à ce sujet une augmentation du risque d’infection par SARS-CoV-2 (mais pas du risque de forme sévère) au-delà de 6 mois suivant la primo vaccination complète, en particulier chez les personnes de plus de 65 ans et celles à risque de forme grave (comorbidités). Par ailleurs, il est à noter que les livraisons de vaccin s’accélèrent. Selon notre source, le Maroc a reçu le lundi 4 octobre 1.273.000 doses du vaccin Sinopharm dans le cadre du programme Covax. Un nouvel arrivage de 5 millions de doses du vaccin chinois est prévu le 10 octobre.

Situation épidémiologique : Les indicateurs en nette amélioration

La situation épidémiologique au Maroc continue de s’améliorer. Comme l’a signalé Mouad Merabet, le coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la santé, la phase descendante continue depuis 7 semaines. Le Royaume reste toujours au niveau orange avec 4 régions au niveau vert, 7 régions au niveau orange et une seule région au niveau rouge, a expliqué M. Merabet sur son compte LinkedIn dans un bref commentaire sur la situation épidémiologique de Covid-19 intitulé «La décrue de la vague Delta se poursuit». Le taux de reproduction de la Covid à la date du 3 octobre est de 0.84 (+/- 0,01), a-t-il précisé. Le niveau de transmission est modéré. Selon ce dernier, ces deux dernières semaines, le nombre de malades qui ont quitté les services des soins intensifs et de la réanimation après amélioration de leurs états de santé est supérieur aux nouvelles admissions dans les mêmes services. S’agissant du nombre de décès, il a fait état d’une diminution de 33% cette semaine. Les nouveaux cas graves ont diminué de 41% par rapport à la semaine du 20 au 26 septembre. Ce dernier a rappelé l’importance de la vaccination, des mesures préventives individuelles et collectives et du strict respect du protocole thérapeutique national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *