970x250

«Education secondaire», un projet pour améliorer les performances scolaires

«Education secondaire», un projet pour améliorer les performances scolaires

Permettre aux élèves et au personnel scolaire de bénéficier d’un environnement propice à l’enseignement. C’est l’objectif du projet «Education secondaire» soutenu par le programme de coopération «Compact II» financé par le gouvernement des Etats-Unis représenté par Millennium Challenge Corporation (MCC).

Dans cette perspective, l’amélioration du cadre de vie des élèves et du personnel scolaire fait partie des préoccupations de l’ensemble des 90 établissements scolaires des Régions Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Fès-Meknès et Marrakech-Safi, bénéficiaires du déploiement du modèle «Lycée Attahadi», principale composante dudit projet. La finalité étant de s’ériger en un modèle intégré pour l’amélioration des performances scolaires. Dans ce sens, le modèle de réforme proposé, qui s’appuie sur le Projet d’établissement intégré (PEI) englobe trois domaines d’intervention, à savoir la gestion des établissements, la pédagogie centrée sur l’élève et la réhabilitation des infrastructures.

Pour un apprentissage de qualité
L’émergence d’une communauté éducative centrée sur les besoins des élèves, la transition vers des pratiques plus inclusives et innovantes et la mise en place d’une culture collaborative… Autant d’axes proposés pour mener des actions en faveur de l’environnement scolaire. Les pratiques prônées par le Projet d’établissement intégré (PEI) visent également à favoriser, en partenariat avec le département de l’éducation nationale, un apprentissage de qualité pour tous les élèves en faisant des établissements scolaires de véritables espaces d’épanouissement et de réussite. Il s’agit aussi de rallier les efforts des parents, des enseignants, des élèves et des équipes de direction des établissements scolaires. Tous, en effet, sont conscients que l’environnement positif a un effet direct, non seulement sur le renforcement de l’engagement des élèves, mais aussi de celui du personnel éducatif. À travers leurs plans d’action PEI, échelonnés sur trois ans, les établissements scolaires concernés envisagent d’instaurer un environnement sain et sécurisé grâce à la prise d’un ensemble de mesures qui reposent sur l’engagement d’une communication proactive basée sur la disponibilité et l’écoute et favorisent une interaction positive entre les cadres administratifs, les enseignants et les élèves, indiquent les initiateurs de ce projet ajoutant que cela permettrait d’affermir le sentiment d’appartenance de l’ensemble de la communauté éducative à l’établissement, de l’appétence des élèves pour leurs apprentissages et de la stabilité et de la mobilisation des équipes pédagogiques et administratives.

Réhabiliter l’infrastructure scolaire
«L’intérêt accordé à l’amélioration du cadre de vie des élèves et du personnel scolaire implique également la réhabilitation de l’environnement physique des établissements scolaires. Dans ce sens, il implique surtout la mise en œuvre d’un plan d’action d’entretien et de maintenance des infrastructures et des équipements scolaires, qui permettra, entres autres, d’en optimiser les coûts et d’en augmenter la durée de vie», relève la même source. Et ce n’est pas tout. Il s’agit aussi de l’aménagement d’espaces verts, entretien de la salubrité et de la propreté de l’établissement, achat de mobilier adapté aux élèves et au type d’activité, restauration du mur d’enceinte, installation de caméras de surveillance pour renforcer la sécurité de l’établissement, mise en place d’une infirmerie pour dispenser les premiers soins, aménagement de locaux et la fourniture d’équipements pour promouvoir les activités culturelles et la vie scolaire et d’une cantine ou d’un internat pour accueillir des élèves provenant de localités éloignées et la fourniture d’équipements didactiques et informatiques. «Fédérées autour de cette vision partagée, les différentes composantes de la communauté scolaire œuvrent ainsi, en dépit de la carence des ressources et de l’existence de contraintes, à l’amélioration des performances et au renforcement du rayonnement des établissements scolaires pour en faire de véritables acteurs en matière de promotion des valeurs éducatives de partage, d’inclusion et d’émancipation collective», concluent les parties prenantes de ce projet.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.