Société

Emissions liées à l’air conditionné: 60 pays signent un «cooling pledge»

Rester au frais a un coût pour l’environnement. Cette situation a poussé 60 pays a s’engager durant la Cop28 pour réduire leurs émissions liées à l’air conditionné. Un nouveau rapport de l’ONU présenté en début de semaine lors de cette conférence mondiale dévoile une feuille de route pour réduire les émissions du secteur.


Réduire l’impact climatique dû à l’air conditionné. C’est l’objectif de l’engagement signé par 60 pays durant la COP28. Avec cet engagement, appelé «cooling pledge», les signataires ambitionnent de fournir «un accès universel aux services de refroidissement pour sauver des vies», «alléger la pression exercée sur les réseaux énergétiques» et même «économiser des milliers de milliards de dollars d’ici 2050», rapporte l’ONU. Il faut rappeler que plus d’un milliard de personnes sont exposées à un risque élevé de chaleur extrême en raison du manque d’accès au refroidissement – la grande majorité vivant en Afrique et en Asie, selon les estimations du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) citées par l’ONU.

«Avec près d’un tiers de la population mondiale exposée à des vagues de chaleur mortelles plus de 20 jours par an, les systèmes de refroidissement soulagent les populations; la sécurité alimentaire mondiale et la livraison de vaccins réfrigérés en dépendent aussi. Mais l’air conditionné est un facteur majeur du changement climatique; le secteur du refroidissement est responsable à lui seul de plus de 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

S’ils ne sont pas gérés correctement, les besoins énergétiques pour le refroidissement des locaux tripleront d’ici 2050, tout comme les émissions associées», souligne la même source notant par ailleurs que si la tendance à la hausse actuelle se poursuit, les équipements de refroidissement, qui représentent aujourd’hui 20 % de la consommation totale d’électricité, devraient plus que doubler d’ici 2050. «Le secteur du refroidissement doit se développer pour protéger tout le monde contre la hausse des températures, maintenir la qualité et la sécurité des aliments, maintenir la stabilité des vaccins et la productivité des économies», indique la directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen, qui a présenté le rapport dévoilant la feuille de route pour la réduction des émissions liées au secteur lors d’une conférence de presse à Expo City où se déroule la COP28 depuis jeudi dernier, selon l’ONU.

Articles similaires

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

SociétéUne

Transport mixte : Lancement du programme de renouvellement du parc en avril 2024

Ce programme a pour objectif d’encourager les professionnels du transport routier en...

Société

Laâyoune-Sakia El Hamra: Clôture des concertations régionales avec les enfants autour des droits humains

Les concertations régionales avec les enfants autour des droits humains ont été...

Société

Un moyen de réaliser les meilleures performances personnelles, familiales et professionnelles

Une rencontre organisée par le LICPM et Enactus FST Beni Mellal autour...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus