SociétéUne

Enseignement supérieur, un véritable défi pour le Maroc

© D.R

Mise en place du Pacte ESRI 2030

ESRI 2030. C’est le nom de la nouvelle réforme inspirée, selon les responsables, du nouveau modèle de développement. La tutelle avait fait au cours de l’année en cours le tour des régions du pays pour associer les territoires au façonnement de la réforme. En effet, les Assises régionales du Plan national d’accélération de la transformation de l’écosystème de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (PACTE ESRI 2030) avaient eu lieu notamment à Rabat en présence d’acteurs de divers horizons et de la société civile de la région de Rabat-Salé-Kénitra (RSK).

Placé sous le signe «Ensemble, pour un nouveau modèle de l’université marocaine», ce rendez-vous visait à doter le Royaume d’une université rénovée, durable et adaptée aux besoins des étudiants et des territoires, afin de consacrer l’inclusion socio-économique, la compétence et l’excellence universitaire. Le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Abdellatif Miraoui, avait souligné alors que les défis actuels et futurs découlant des mutations structurelles du contexte national et international nécessitent la préparation d’un capital humain qualifié et le développement des capacités dans le domaine de la recherche scientifique et de l’innovation.

Il a à cet égard mis l’accent sur le rôle central de l’université en tant que pilier de la compétitivité globale de l’économie nationale en fonction des quatre orientations stratégiques du PACTE ESRI 2030, à savoir l’excellence académique, les territoires de l’innovation, l’excellence opérationnelle et gouvernance 4.0 ainsi que la recherche scientifique. A quelques semaines de la fin de l’année universitaire, les responsables veulent accélérer le rythme des consultations.

Selon les responsables, le Plan d’accélération de la transformation de l’écosystème d’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation tire sa substance des choix prioritaires du nouveau modèle de développement et se nourrit de sa doctrine et de ses principes fondateurs. Il vise à traduire en actions concrètes les priorités du programme gouvernemental en matière de développement du capital humain et d’insertion du Maroc dans la société du savoir. «Le PACTE ESRI 2030 est mû par l’objectif de propulser le Maroc au rang des nations pionnières à forte capacité d’innovation et à haute valeur ajoutée sur les plans académique et scientifique», précise la même source.
Selon les derniers chiffres publiés par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, l’effectif des nouveaux inscrits dans l’enseignement supérieur privé s’est établi à 24.735 au titre de l’année 2021-2022 dont 13.447 au sein des établissements privés, 3.971 au sein des universités privées, 6.382 au sein des universités et établissements créés dans le cadre de partenariat et 935 nouveaux inscrits pour l’Université Al Akhawayn.

Le nombre global de nouveaux inscrits s’était chiffré à 22.645 au titre de l’année 2020-2021. Concernant la répartition des nouveaux inscrits par champ disciplinaire, les statistiques du ministère font état de 8.517 nouveaux inscrits pour les sciences juridiques, économiques et de gestion, lettres, sciences humaines et arts (926), sciences et techniques (10.871), sciences de la santé (4.421). Toujours selon les chiffres officiels, l’effectif global des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur privé s’est établi à 62.600 au titre de l’année 2021-2022 contre 57.222 au titre de l’année 2020-2021. On relève 32.010 étudiants dans les établissements privés, 10.096 dans les universités privées, 17.534 dans les universités et établissements créés dans le cadre de partenariat et 2.960 étudiants au sein de l’Université Al Akhawayn.

Par ailleurs, l’effectif global des enseignants dans le secteur de l’enseignement supérieur privé s’élève à 6.908. Parmi ceux-ci on relève 3.997 enseignants au sein des établissements privés ne relevant pas des universités, 1.147 dans les universités privées, 1.561 dans les universités et établissements créés dans le cadre de partenariat et 203 au sein de l’Université Al Akhawayn.

Enfin, il est à noter que le secteur de l’enseignement supérieur privé au Maroc compte 198 établissements qui proposent une offre de formation très diversifiée aussi bien au niveau des cursus que des filières. Ces établissements se répartissent comme suit : 132 établissements privés ne relevant pas des universités, 24 établissements relevant des universités privées, 39 établissements créés dans le cadre du partenariat et 3 établissements de l’Université Al Akhawayn.

Articles similaires

EconomieUne

ONDA : Bientôt une solution intelligente pour les aéroports de Casablanca et Rabat

L’objectif principal de ce projet est la mise en place et l’intégration...

EconomieUne

Services marchands non financiers et commerce de gros : Des anticipations positives formulées pour le deuxième trimestre

45 % des répondants à l’enquête du HCP confirment une hausse de l’activité...

SociétéUne

Casablanca se refait une beauté

Casablanca connaît en ce moment le lancement de plusieurs projets. L’un des...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux