Société

Épidémie de fièvre aphteuse en Algérie: Le Maroc sur ses gardes

© D.R

La fièvre aphteuse se propage en Algérie et les éleveurs marocains sont de plus en plus inquiets. L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) se veut rassurant.

Selon l’Office, aucun cas de cette maladie n’a été détecté sur le territoire national et l’état sanitaire du cheptel national est satisfaisant. Pour faire face à un éventuel risque d’introduction de la maladie, l’ONSSA a pris toutes les mesures préventives  pour protéger le cheptel national et a renforcé la vigilance  à travers tout le territoire. Le contrôle aux zones frontalières a été renforcé. L’Office  a interdit l’importation d’animaux, de produits animaux et d’origine animale et des aliments pour animaux à partir de l’Algérie.

Une cellule de veille sanitaire a également été mise en place pour suivre de près la situation sanitaire dans la région du Maghreb et au niveau national. Les départements concernés ont été mobilisés pour renforcer le contrôle aux frontières des introductions illicites d’animaux et de leurs produits. Lors de l’apparition de la fièvre aphteuse en Tunisie en avril dernier, l’ONSSA avait pris des mesures préventives similaires. Plusieurs actions de sensibilisation ont été menées par des   vétérinaires privés mandatés vis-à-vis de cette maladie dans l’objectif  d’assurer une meilleure vigilance.   

Pour rappel, le Maroc a connu   plusieurs épidémies de fièvre aphteuse, notamment en 1977, 1983, 1991 et 1999. Celles-ci ont été éradiquées  grâce aux mesures de lutte mises en place par les services vétérinaires nationaux.

La fièvre aphteuse est une maladie contagieuse, non transmissible à l’homme, causée par un virus. Elle touche tous les mammifères bi-ongulés (bovins, ovins, caprins) et se caractérise par l’apparition d’aphtes et d’érosions sur les muqueuses buccales, nasales et mammaires et sur les onglons. Ces lésions entraînent une salivation intense et filante (signe caractéristique de la maladie), des troubles de la mastication, des boiteries et des chutes de production laitière.

Souvent bénigne chez les animaux adultes, l’évolution de la maladie peut être mortelle chez les plus jeunes. Les animaux guéris constituent un réservoir de cette maladie en devenant porteurs sains du virus. A noter que la fièvre aphteuse est sans danger pour l’homme . Les spécialistes estiment que le risque de contamination par la consommation de viande infectée est considéré comme nul.

Articles similaires

SociétéUne

Maroc : Le HCP table sur une croissance de 3,7% en 2025

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Maroc devrait afficher une croissance de...

AutreSociété

Les éclaircissements de Khalid Aït Taleb

Un accord a été trouvé avec les centrales syndicales du secteur concernant...

Société

La CNSS renforce sa cybersécurité

Face aux menaces cybernétiques, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a...

Société

Un bilan positif du travail coopératif dans la région de Beni Mellal-Khénifra

Les coopératives, un moyen de construire un avenir meilleur