Etude : 41% des automobilistes marocains conduisent sans ceinture de sécurité

Etude : 41% des automobilistes marocains conduisent sans ceinture de sécurité

Lorsque le conducteur ne porte pas de ceinture de sécurité, il y a 84% de chance que le passager avant ait le même comportement.

Pour qu’une politique de sécurité routière soit efficace, il est important de mettre au point des indicateurs de performance pertinents (ceinture de sécurité, casque, vitesse,…) et d’en assurer le suivi afin d’examiner de près les progrès accomplis et l’efficacité des mesures mises en place. Dans ce cadre, le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) qui est devenu à présent l’Agence nationale de sécurité routière réalisait de manière périodique des enquêtes d’observation pour évaluer la prévalence de certains comportements à risque des usagers routiers. Il est à noter qu’en 2019, aucune enquête n’a été réalisée. La dernière remonte à septembre 2018. Au total, 9 indicateurs avaient été examinés, à savoir 7 milieux urbains (ceinture en milieu urbain, casque en milieu urbain, feu rouge, usage du clignotant, carrefour giratoire, panneau Stop, priorité à droite) et 2 en rase campagne (ceinture et casque). En milieu urbain, 53 points d’observation par indicateurs ont été sélectionnés dans 19 villes. En rase campagne, 50 points d’observations par indicateur, représentatifs de l’ensemble du réseau routier national, ont été sélectionnés.

Les observations ont été effectuées de jour pendant trois jours (mardi, jeudi et samedi) durant le mois de septembre 2018, de 8h du matin jusqu’à 18h.

Il ressort de cette enquête que les Marocains sont encore nombreux à conduire sans ceinture de sécurité. Seulement 58,5% des conducteurs et 55% des passagers avant portent la ceinture de sécurité en milieu urbain. Le pourcentage des conductrices portant la ceinture de sécurité (87,2%) est nettement supérieur à celui des conducteurs (56,8%). Ces taux sont plus élevés chez les conducteurs de véhicules de tourisme (84,1%) et les véhicules utilitaires légers (72%). Ce qui n’est pas le cas des chauffeurs de taxis qui ont pris l’habitude de conduire sans ceinture de sécurité. A ce sujet, l’enquête révèle que seulement 14,1% des chauffeurs de taxis portent la ceinture de sécurité. Pour ce qui est des passagers avant, le taux de port de la ceinture de sécurité chez les hommes est légèrement inférieur à celui observé chez les femmes (54,4% contre 55,9%). Le taux le plus faible a été enregistré au niveau de la ville de Meknès (37,8%) alors que le taux le plus élevé a été notifié au niveau de la ville de Ben Slimane (76,7%). Les comportements des conducteurs et des passagers avant sont bien corrélés : lorsque le conducteur ne porte pas de ceinture de sécurité, il y a 84% de chance que le passager avant ait le même comportement. En revanche, en rase campagne, les automobilistes sont plus vigilants où le taux de port de la ceinture de sécurité atteint les 72,7% chez les conducteurs, 65,2% chez les passagers et 36% chez les passagers arrière.

Selon l’enquête, seulement 48% des automobilistes respectent le panneau Stop alors que 34% le franchissent à faible vitesse et 18% ne le respectent pas du tout. Le différentiel entre les taux observés chez les hommes (48,6%) et chez les femmes conductrices (46,4%) est peu significatif.

A noter que le taux de respect le moins élevé est observé chez les jeunes âgés de moins de 18 ans (15%). En revanche, les personnes âgées de 60 ans et plus ont enregistré un taux de respect du panneau Stop de 52,3%. Dans son enquête, le CNPAC fait remarquer que les deux-roues cylindres (37,9%) affichent des taux de respect du panneau nettement inférieurs à ceux des autocars et autobus (58,2%) et des grands cylindres avec un taux de 60,3%. Autre constat à signaler: les petites villes affichent le taux de respect du panneau Stop le plus élevé avec 57,3%. Ce taux est nettement supérieur à celui des moyennes des villes (50,3%), des grandes villes (47,1%) et des villes intermédiaires (42,1%).

En milieu urbain, 94,4% des automobilistes respectent le feu rouge. Les femmes sont légèrement plus nombreuses à le respecter avec un taux de 94,6%. Le CNPAC estime que les fréquences du respect du feu rouge sont pratiquement identiques pour les classes d’âge « 25 à 40 ans», «40 à 60 ans» et «60 ans et plus» respectivement avec 95%, 94,5% et 94,3%. Elles ne sont que de 91,6% pour les jeunes âgés de 18 à 25 ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *