« Faire preuve de courage… »

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Mohamed Benaïssa, a déclaré que le souci de dynamisation de l’Union du Maghreb Arabe « en l’absence de transparence dans les positions ne peut aboutir qu’à l’échec », appelant à faire preuve d’esprit d’objectivité et de courage pour le traitement des problèmes tels qu’ils se posent dans la réalité ».
Dans un entretien publié dimanche par le journal « Al Hayat » édité à Londres en même temps que dans d’autres capitales arabes, M. Benaïssa a accueilli favorablement les efforts visant à « réaliser l’entente entre les frères » dans la région du Maghreb Arabe, démentant l’existence d’une quelconque médiation « pour rapprocher les positions marocaine et algérienne en perspective de la tenue du sommet maghrébin précédemment reporté ».
« Ce qui nous intéresse, ajoute le ministre, c’est que nous puissions appréhender la réalité telle qu’elle est », ajoutant qu’il existe « des problèmes en suspens que l’on ne peut occulter ». Il a conditionné la réussite de la réunion des ministres des affaires étrangères maghrébins, prévue à Alger le 2 janvier prochain, pour l’examen des préparatifs du sommet maghrébin, à « la clarification des positions », notant que le dossier du Sahara marocain « est l’un des dossiers essentiels qui se posent, en plus d’autres problèmes existant entre pays maghrébins ».
En ce qui concerne les perspectives des relations maghrébines, le ministre a indiqué que « les contacts sont de mise…mais ce qui manque, c’est de déployer des efforts réels pour surmonter les obstacles qui entravent la dynamisation de l’Union du Maghreb arabe ». Il s’est dit toutefois optimiste quant aux perspectives de surmonter les obstacles en vue d’activer sérieusement l’édification l’ensemble maghrébin.
« Mais force est de constater, a-t-il dit, l’existence de problèmes réels et chroniques qu’il convient d’aborder avec objectivité et courage afin d’ouvrir la voie au développement naturel et effectif de l’Union du Maghreb Arabe, soulignant que le Maroc « ne s’est jamais opposé à la réactivation de l’union, pour peu que l’on parte des données de la réalité ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *