SociétéUne

FAO : 2,3 millions de Marocains sous-alimentés

© D.R

Le coût d’une alimentation saine au Maroc est estimé à 2,90 dollars par personne et par jour

Rapport : Selon le dernier rapport de la FAO sur la sécurité alimentaire , 2,3 millions de Marocains souffrent de sous-alimentation. La prévalence de l’émaciation chez les enfants de moins de 5 ans est de 2,3% en 2022.

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) vient de publier son dernier rapport sur «l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2023». Ce rapport, élaboré en collaboration avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), l’Unicef, le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’OMS , révèle que 2,3 millions de Marocains souffrent de sous-alimentation contre 1,7 million en 2004-2006. La prévalence de la sous-alimentation par rapport à la population totale a augmenté en passant de 5,5% en 2004-2006 à 6,3% en 2020-2022. La prévalence de l’émaciation chez les enfants de moins de 5 ans au Maroc est de 2,3% en 2022.

Ainsi, 0,1 million d’enfants souffraient d’émaciation en 2022. Le rapport indique que la prévalence du retard de croissance chez les enfants marocains de moins de cinq ans a baissé en passant de 15,8% en 2012 à 12,8% en 2022. La prévalence du surpoids chez les enfants de moins de cinq ans a également régressé en passant de 9,5% en 2012 à 4,9% en 2022. Par ailleurs le document des Nations Unies précise que le taux de prévalence des femmes en âge de procréer (15-49 ans) et présentant des signes d’anémie est passé de 29,8% en 2012 à 29,9% en 2019.

La prévalence de l’allaitement exclusif au sein chez les nourrissons (0 à 5 mois) a progressé en passant de 27,8% en 2012 à 35% en 2021. Concernant la prévalence du fiable poids à la naissance, celle-ci a régressé en s’établissant à 14,8% en 2020 contre 16,1% en 2012. Par ailleurs, le rapport fait savoir que 5,7 millions de Marocains n’avaient pas les moyens de s’offrir un régime alimentaire sain en 2021 contre 6,5 millions en 2020. Ainsi, le taux de prévalence a baissé en passant de 17,7% en 2020 à 15,5% en 2021. Le coût d’une alimentation saine au Maroc est de 2,90 dollars par personne et par jour. Ce coût était de 2,79 dollars. Ce coût atteint 3,66 dollars par personne dans le monde.

900 millions en situation d’insécurité alimentaire grave

L’édition 2023 du rapport révèle qu’entre 691 millions et 783 millions de personnes ont souffert de la faim en 2022. Si l’on considère la moyenne, qui s’établit à 735 millions, cela représente une augmentation de 122 millions par rapport à 2019, avant la pandémie de la Covid-19. Bien que les chiffres relatifs à la faim dans le monde soient demeurés stables entre 2021 et 2022, l’Afrique est restée la région la plus touchée : 1 personne sur 5 souffre de la faim sur ce continent, soit plus du double de la moyenne mondiale. Les cinq organismes spécialisés des Nations Unies tirent la sonnette d’alarme sur la situation en matière de sécurité alimentaire et de nutrition qui est restée préoccupante en 2022. Le rapport indique qu’environ 29,6 % de la population mondiale, soit 2,4 milliards de personnes, ne bénéficiait pas d’un accès constant à des aliments, tel que mesuré par la prévalence de l’insécurité alimentaire modérée ou grave. Parmi ces personnes, quelque 900 millions étaient en situation d’insécurité alimentaire grave. Selon le rapport, la capacité de se procurer des aliments sains s’est réduite à l’échelle mondiale. En effet, plus de 3,1 milliards de personnes (soit 42% de la population mondiale) n’avaient pas les moyens de s’alimenter sainement en 2021. Cela représente une augmentation de 134 millions par rapport à 2019. Par ailleurs, des millions d’enfants de moins de 5 ans continuent de souffrir de la malnutrition. En 2022, 148 millions (22,3%) présentaient un retard de croissance, 45 millions (6,8%) étaient émaciés et 37 millions (5,6%) étaient en surpoids. En revanche, l’allaitement maternel exclusif a progressé. Actuellement, 48 % des nourrissons de moins de 6 mois en bénéficient, ce qui est proche de la cible fixée pour 2025.

L’insécurité alimentaire touche davantage les personnes en milieu rural

Le rapport met l’accent sur l’urbanisation accrue, qui influence les modes d’alimentation et les choix alimentaires. D’après les projections, 7 personnes sur 10 devraient vivre en ville en 2050. Les Nations Unies estiment que face à cette situation, il est impératif que les gouvernements s’efforcent de comprendre les évolutions liées à l’urbanisation et d’en tenir compte dans l’élaboration de leurs politiques. Les inégalités spatiales demeurent aussi préoccupantes. L’insécurité alimentaire touche davantage les personnes qui vivent en milieu rural. L’insécurité alimentaire modérée ou grave concernait 33 % des adultes en zone rurale contre 26 % en zone urbaine. La malnutrition chez les enfants présente également des particularités spatiales: la prévalence du retard de croissance est plus élevée dans les zones rurales (35,%) que dans les zones urbaines (22,4%). La prévalence de l’émaciation est également plus forte en milieu rural (10,5 %) qu’en milieu urbain (7,7 %), tandis que l’excès pondéral est légèrement plus présent en ville (5,4 %) que dans les campagnes (3,5%).

Articles similaires

SociétéUne

Aïd Al Adha: Grâce Royale au profit de 1484 personnes

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a bien voulu...

ActualitéUne

SM le Roi, Amir Al Mouminine, accomplira lundi la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Hassan II à Tétouan

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accomplira...

ActualitéUne

Opération « Marhaba 2024 »: Arrivée du premier navire au port d’Al Hoceima

Le premier navire transportant environ 220 Marocains résidant à l’étranger (MRE) et...

ActualitéUne

L’ONEE appelle à rationaliser la consommation de l’eau potable

L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) – Branche Eau-...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux