Faut-il reconfiner ?

Faut-il reconfiner ?

La situation épidémiologique s’annonce critique durant les mois de novembre et de décembre

Alors que le reconfinement gagne du terrain en Europe, les citoyens marocains s’interrogent sur la possibilité d’un reconfinement pour faire face à la deuxième vague d’infection au nouveau coronavirus. Cette interrogation a fait l’objet d’un débat à travers un webinaire organisé par Tariq Ibnou Ziyad Initiative (TIZI). Dr Nabila Rmili, directrice régionale de la santé de la région de Casablanca-Settat, Pr Jaafar Heikel, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses, Pr Chakib Kettani, professeur à la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, spécialiste en réanimation et médecine d’urgence et Amine Nejjar, vice-président de l’Alliance des économistes istiqlaliens et conseiller du président de l’Union générale des entreprises et des professions, ont tour à tour exprimé leur point de vue sur la question et sur la situation épidémiologique au niveau national et plus particulièrement concernant la région de Casablanca-Settat qui reste de loin la région la plus touchée. Pr Heikel estime que le confinement qui est une mesure extrême et provisoire ne va pas résoudre la problématique de la propagation de la Covid-19.

«Le confinement n’a jamais été une mesure pour stopper une épidémie. C’est une mesure d’urgence transitoire. L’enjeu majeur c’est la responsabilité collective. Je demande aux citoyens de participer à cet effort de lutte contre le coronavirus en étant responsables collectivement. Il faut apprendre à vivre avec le virus encore des mois. A mon avis, les mesures barrières constituent la meilleure manière de freiner cette propagation». Pour sa part, Dr Rmili reconnaît que «préserver la santé de la population et parallèlement celle de l’économie est une équation difficile.

Le confinement va baisser le taux de contagion sans pour autant l’éliminer. Aujourd’hui, le fait de garder la même cadence de mobilité à Casablanca risque d’aggraver davantage la situation qui est déjà inquiétante. Les citoyens doivent bien comprendre que la période hivernale sera une période critique».

De son côté, le Pr Kettani juge que le confinement total n’est pas «la solution». «Il ne faut pas imposer le confinement total qui ne fera qu’aggraver la situation économique qui est déjà critique. Les gens doivent continuent à aller travailler pour subvenir à leurs besoins tout en adoptant un comportement vigilant et en respectant strictement les gestes barrières». Amine Nejjar estime que «le confinement généralisé est une erreur et aura des conséquences catastrophiques sur le plan économique.

L’économie ne doit pas s’arrêter et les gens doivent continuer à aller travailler. Les restrictions concernant le couvre-feu doivent être maintenues. Durant la journée, il faut impérativement renforcer le contrôle des mesures barrières et impliquer davantage la société civile qui a un rôle primordial à jouer en sensibilisant les citoyens. Mais encore faut-il donner les moyens nécessaires aux associations pour le faire. Il faut aussi plus de sévérité».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *