Fondation Saham : Inauguration du Centre Massari, école de la deuxième chance à Médiouna

Fondation Saham : Inauguration du Centre Massari,  école de la deuxième chance à Médiouna

La Fondation Saham a inauguré le mardi 10 novembre le premier centre pilote baptisé «Massari, école de la deuxième chance» pour la réinsertion sociale et professionnelle des jeunes à Médiouna, Le centre Massari tente de contribuer à cette problématique de réinsertion à travers un accompagnement psychologique, une offre de formation et d’activités sportives et culturelles.

En effet, la structure intégrée du centre comprend une cellule de prise en charge psychologique, un espace de vie culturelle et sportive bénéficiant aux jeunes NEET (Not in Employment, Education or Training) ainsi que des formations pour préparer les jeunes à leurs métiers de demain. Les jeunes NEET du centre Massari ont accès à l’ensemble de ces activités de manière gratuite. Il s’agit tout d’abord d’accompagner ces jeunes, qui sont souvent démotivés, sur le plan psychologique et de les orienter, grâce à la mobilisation de thérapeutes spécialisés recrutés par Massari.

Des séances de coaching sont mises à la disposition des jeunes. A titre d’exemple, durant le premier mois d’existence, plus de 30 jeunes ont été suivis individuellement par les psychologues du centre et près de 800 jeunes ont participé aux webinaires organisés. La mission principale du Centre Massari consiste à améliorer les chances d’employabilité des jeunes et d’opérer une réconciliation entre le bénéficiaire, le marché de l’emploi et la société. Les recruteurs partenaires participent aux côtés de la Fondation Saham au processus de formation.

Ils sont en contact avec les jeunes dès leur inscription, certains recruteurs participent eux-mêmes aux formations qualifiantes. Pour améliorer les chances d’insertion des jeunes dans le monde du travail, le centre Massari accompagne les cours théoriques de formation par de la formation en soft skills et en langues, nécessaires aux besoins du marché de l’emploi. Enfin, l’inclusion du jeune NEET se fait aussi à travers un programme d’activités culturelles, artistiques et sportives, reconnues en tant que facteurs d’intégration sociale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *