970x250

Frontières : Plus de 9,19 millions mouvements de passage enregistrés jusqu’au 15 juillet 2022

Frontières : Plus de 9,19 millions mouvements de passage enregistrés jusqu’au 15 juillet 2022

Ports maritimes, aéroports civils, postes terrestres…

Répartis entre ports maritimes, aéroports civils internationaux et nationaux, et postes terrestres, la police des frontières marocaines dispose au total d’un réseau intégré de 57 postes frontières. «Les organismes chargés de la surveillance des frontières sont d’une part en matière économique et fiscale représentés par les services des douanes et d’autres part en matière de contrôle des personnes par les services de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie royale maritime.

Une mission partagée entre les services de sécurité et les services de douanes, qui travaillent en synergie totale. Dans un sens large, la police des frontières désigne l’ensemble des règles administratives et judiciaires qui réglementent l’accès ou la sortie du territoire national des personnes et des biens», explique le contrôleur général chef de la division de la police des postes frontières, Abdessamad El Affas, dans le dernier numéro de la revue de la police intitulé «Voyage au cœur de la police des postes frontières». On y apprend que plus de 9,19 millions de mouvements de passage aux différents postes frontières du Royaume jusqu’au 15 juillet 2022 ont été recensés.

Les deux années 2020 et 2021 impactées par le contexte pandémique ont enregistré respectivement près de 7,39 millions et 8,40 millions de mouvements de passage contre environ 29,34 millions en 2019. Les postes frontières sont des points de passage déterminants. Pour lutter contre les différentes formes de menaces qui peuvent y survenir, le Maroc a adopté une stratégie globale et intégrée de gestion et de sécurité de ses frontières.

Dans ce schéma la DGSN joue un rôle central renforçant d’année en année ses services implantés aux différents postes frontières, en les dotant de moyens humains et technologiques nécessaires. Ces efforts portent leurs fruits avec d’importantes saisies de drogues et de devises, la détection de plusieurs titres de voyages contrefaits et l’interpellation de plusieurs individus impliqués, dont ceux recherchées à l’échelon international par Interpol. Si l’on prend le seul port maritime de Tanger Med, plus de 135 tonnes de chira, 1 tonne 473 kg de cocaïne et plus de 1,78 million de comprimés psychotropes ont été saisis de 2018 à 2021.

«Il faut préciser que les nouvelles technologies déployées ont eu une incidence importante sur la diminution des cas de trafic de drogues. Je citerais à titre d’exemple, les body scan corporels, qui ont permis une nette régression du trafic de drogues par le mode dit «In-Corpore»», indique le responsable.

« Marhaba » : 1.251.862 entrées enregistrées du 5 juin au 15 juillet 2022

On compte à 1.251.862 entrées et 498.605 sorties durant l’opération de transit «Marhaba» dans la période qui va du 5 juin au 15 juillet 2022, selon les chiffres dévoilés par la DGSN. En 2021, le nombre d’entrées et de sorties dans le cadre de cette opération de transit s’élève respectivement à plus de 1,54 million et 1,32 million du 15 juin au 15 septembre. Pour le contrôleur général, Rachid Boufous, chef du service des opérations, «l’opération de transit» Marhaba «représente une composante très importante de notre activité. En tant que structure centrale en charge de cette opération, la Division de la police des postes frontières s’assure de sa bonne planification, ainsi que la mise à disposition des services de police au niveau des postes frontières concernés par cette opération, de l’ensemble des moyens humains et logistiques nécessaires, afin de leur permettre de mener à bien cette mission et de gérer l’affluence importante que connaissent les postes frontières».

Sécuritaire : L’humain, élément central de la stratégie

Les services sécuritaires marocains représentés par la police des frontières ont adopté une stratégie intégrée et évolutive qui répond aux besoins croissants de mobilité via ces postes, peut-on lire dans cette publication. Cette stratégie repose sur quatre axes, à savoir la modernisation des postes de police au niveau des frontières, la création d’une dynamique interactive et partenariale avec l’ensemble des acteurs concernés et impliqués, l’adoption de technologies modernes, et le renforcement des mécanismes de coopération internationale dans le domaine de la sécurité des passagers et de la circulation des marchandises.

La technologie s’impose à l’environnement frontalier

La technologie appuie et renforce la dynamique que connaît le transport international ainsi que les flux de mouvements qui en découlent aux postes frontières. «Avec l’augmentation de plus de plus croissante du nombre de voyageurs, le recours aux systèmes informatisés de gestion des données devient un impératif. Consciente de ce défi, la Direction générale de la sûreté nationale a initié depuis 2016 un grand projet de gestion informatisée, baptisé système de gestion des postes frontières dit ‘‘SGPF’’, qui est à l’heure actuelle généralisé à quasi l’ensemble des postes frontières du Royaume», peut-on lire dans ledit document.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.