Gestion des décès de cas Covid-19 : Voici le détail de la procédure

Gestion des décès de cas Covid-19 : Voici le détail de la procédure

1.746 cas confirmés, la région de Casablanca-Settat franchit la barre des 500 cas

La dépouille, après obturation des orifices naturels, doit être placée par l’équipe de l’hôpital dans un drap puis dans un sac mortuaire étanche, hermétiquement clos. Un désinfectant adapté est appliqué sur la surface externe du sac mortuaire. Les équipements de protection individuelle pour les membres de l’équipe doivent être portés pendant toute la procédure jusqu’à ce que la dépouille soit mise dans le sac mortuaire.

Les jours passent et le bilan s’alourdit. Le ministère de la santé a annoncé ce lundi 13 avril à 10 h un nouveau bilan avec l’apparition de 85 nouveaux cas de Covid-19 depuis le dimanche à 18h, portant à 1.746 cas le nombre de cas cumulés. Le nombre de personnes déclarées guéries s’est élevé à 196 avec 19 rémissions supplémentaires. Pour sa part, le nombre global des décès s’est établi à 120, après l’enregistrement de 2 nouveaux décès. Un total de 7.206 cas suspects ont été exclus après des résultats d’analyses effectuées au laboratoire. La région de Casablanca-Settat qui compte toujours le plus grand nombre de cas a dépassé ce matin la barre des 500. Les 1.746 cas testés positifs ont été recensés dans les régions de Casa-Settat (501 avec 17 nouveaux cas), Marrakech-Safi (343 avec 29 nouveaux cas), Rabat-Salé-Kenitra (239, +2 nouveaux cas), Fès-Meknès (230, + 15 nouveaux cas), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (168, +15 nouveaux cas ), l’Oriental (108 cas), Darâa-Tafilalet (77, + 5 nouveaux cas), Beni Mellal-Khénifra (49, +1 nouveau cas), Souss-Massa (24 cas), Laâyoune-Sakia El Hamra (4), Dakhla-Oued Dahhab (2) et Guelmim-Oued Noun (1).

L’enterrement doit être rapide et sécurisé

Le ministère de la santé a adressé une circulaire en date du 9 avril aux directeurs régionaux de la santé et aux directeurs des CHU portant sur la désinfection en milieu de soin et la gestion de décès probables et confirmés du Covid-19. Le ministère a ainsi ordonné la création d’équipes de gestion locale qui sont chargées de la gestion des décès Covid-19. L’équipe est constituée de l’équipe de la délégation du ministère de la santé et celle du bureau communal d’hygiène. L’équipe de gestion locale doit être formée en matière de gestion de la dépouille et la communication avec la famille et l’entourage du défunt. L’équipe est tenue d’assurer la disponibilité des ressources nécessaires pour la gestion des décès à l’hôpital: EPI, draps, housses mortuaires, cercueil, solution désinfectante virucide… S’agissant de la gestion du décès à l’hôpital ou à domicile, si la manipulation de la dépouille est effectuée au sein d’un établissement hospitalier, la gestion doit être placée sous la responsabilité de l’équipe médicale en intra-hospitalier. Seul le personnel désigné et qualifié est autorisé à manipuler la dépouille.

La dépouille, après obturation des orifices naturels, doit être placée par l’équipe de l’hôpital dans un drap puis dans un sac mortuaire étanche, hermétiquement clos. Un désinfectant adapté est appliqué sur la surface externe du sac mortuaire. Les équipements de protection individuelle pour les membres de l’équipe doivent être portés pendant toute la procédure jusqu’à ce que la dépouille soit mise dans le sac mortuaire. Ce dernier est transporté par la suite vers la morgue de l’hôpital pour le lavage et l’enveloppement du corps du défunt.

Le ministère de la santé précise que les membres de la famille sont tenus de ne pas manipuler, embrasser, toucher ou tenir le corps du défunt. Il faut par la suite désinfecter la chambre qui était occupée par le défunt pour que celle-ci puisse être opérationnelle à nouveau. Par ailleurs, si la dépouille est à domicile, l’équipe de gestion locale, une fois informée du décès d’un cas possible ou confirmé, doit immédiatement veiller à l’isolement du corps et mettre en quarantaine les membres de sa famille jusqu’à l’évaluation médicale. L’équipe doit assurer l’arrivée sur les lieux du personnel désigné et qualifié pour la manipulation du corps.

Ce personnel doit suivre la même procédure que celle appliquée dans l’hôpital, notamment la désinfection des objets appartenant au défunt ainsi que son domicile. La circulaire du ministère précise par ailleurs que le rituel du lavage du corps que ce soit à la morgue de l’hôpital ou à la morgue municipale doit être supervisé par l’équipe de gestion locale (réduire au minimum l’usage de l’eau, les projections de l’eau et les rituels appliqués). L’étape suivante consiste à placer le sac mortuaire dans le cercueil. A noter que le local de lavage du corps doit être aussitôt désinfecté.

Les déchets produits doivent être collectés et doivent suivre la filière des déchets à risque infectieux. La circulaire du ministère insiste également sur le fait de veiller à ce que l’enterrement soit rapide et sécurisé. Le corps doit être enterré à la profondeur habituelle dans un endroit surveillé et sécurisé du cimetière.

.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *