SociétéUne

HCP : Près de 13% des ménages n’accomplissent pas le sacrifice

© D.R

Une enquête du Haut-Commissariat au Plan (HCP) révèle que les citadins sont plus enclins à ne pas effectuer le sacrifice comparé aux ruraux. Près de 56,4% des ménages composés d’une seule personne ne participent pas au rituel. Les détails.

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) vient de publier une enquête sur les dépenses et pratiques du rituel de l’Aïd Al-Adha. Il ressort de cette enquête que ce rituel est largement partiqué. Seulement 12,6% des ménages marocains ne l’accomplissent pas. A noter que cette proportion a augmenté par rapport à l’année 2014 où elle était estimée à 4,7%. Cette hausse des ménages qui ne participent pas au sacrifice est observée principalement parmi les citadins et les ménages composés d’une seule personne. Le HCP fait remarquer que les citadins sont plus enclins à ne pas effectuer le sacrifice comparé aux ruraux (14,3% contre 8,7%). Près de 56,4% des ménages composés d’une seule personne ne participent pas au rituel contre 46,5% en 2014. Cette proportion n’est que de 5,5% pour les ménages composés d’au moins six personnes, contre 0,8% en 2014. Par ailleurs, l’enquête révèle que près de 25,1% des ménages appartenant aux 10% les plus aisés n’effectuent pas le sacrifice à l’occasion de l’Aïd, contre 7,8% parmi les 10% les plus pauvres. Cette abstention passe de 20,1% pour les ménages dirigés par une personne ayant un niveau d’éducation supérieur à 11,7% pour ceux dirigés par une personne sans instruction. S’agissant des animaux sacrifiés, 95,6% des ménages optent pour les ovins, 4,3% pour les caprins et 0,1% pour les bovins. Le sacrifice des caprins est plus enregistré parmi les ménages ruraux (7,4% contre 2,8% en milieu urbain) et parmi la catégorie des 10% des ménages les moins aisés (8,5% contre 2,7% pour les 10% des ménages les plus aisés).

Le sacrifice représente 30% du budget alloué aux viandes
Le sacrifice de l’Aïd Al-Adha représente près de 30% de la dépense globale des ménages dédiée annuellement à la consommation des viandes. Cette part est de 41 % chez les ménages des 10% les moins aisés et de 23% chez ceux des 10 % les plus aisés. D’autre part, la consommation annuelle moyenne totale des viandes (y compris les viandes rouges et les viandes blanches) chez le ménage marocain est estimée à 141 kg dont 55,8 kg de viandes rouges. La quantité des viandes issues du sacrifice de l’Aïd Al-Adha s’est établie en moyenne à 22,8 kg par ménage, ce qui représente près de 41% de la quantité annuelle des viandes rouges consommée par les ménages. Cette proportion reste identique dans les deux milieux de résidence. Elle atteint 65,4% pour les 20% des ménages les moins aisés et 31,3% pour les ménages les plus aisés.

Articles similaires

EconomieUne

Baleària renforce son dispositif en vue de l’Opération Marhaba

La compagnie maritime espagnole augmente le nombre de liaisons et de sièges

EconomieUne

ONDA : Bientôt une solution intelligente pour les aéroports de Casablanca et Rabat

L’objectif principal de ce projet est la mise en place et l’intégration...

EconomieUne

Services marchands non financiers et commerce de gros : Des anticipations positives formulées pour le deuxième trimestre

45 % des répondants à l’enquête du HCP confirment une hausse de l’activité...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux