Hôpitaux publics : Ce qui va changer en 2022

Hôpitaux publics : Ce qui va changer en 2022

Les Segma dans la santé sont au nombre de 91 dont 77 Centres hospitaliers

En raison de la pandémie survenue en 2020, les indicateurs de production de soins des hôpitaux ont enregistré une nette régression en comparaison avec ceux enregistrés en 2019.

Les services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA) opérant dans le domaine de la santé sont au nombre de 91. Dans le détail figurent 77 Centres hospitaliers, 6 hôpitaux militaires et 3 Centres médicaux chirurgicaux ; un Centre national de transfusion sanguine (Rabat), un Centre régional de transfusion sanguine (Casablanca) et un Institut national d’hygiène (INH), le Centre national de radio-protection (CNRP) et la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP). Ils représentent 52,6% de l’ensemble des Segma qui sont au nombre de 173. Le rapport accompagnant le PLF 2022 dresse le bilan d’activité 2020-2021 et le plan d’action 2022 de ces Segma dans le domaine de la santé.
En raison de la pandémie survenue en 2020, les indicateurs de production de soins des hôpitaux ont enregistré une nette régression en comparaison avec ceux enregistrés en 2019. Ainsi, les admissions en hospitalisation complète se sont chiffrées à 635.247 en 2020 contre 1.061.619 en 2019, soit une baisse de 40,2%. Il en va de même pour les hospitalisations de jour qui ont chuté de 46,6% en passant de 1.094.391 en 2019 à 584.060 en 2020. Les journées d’hospitalisation ont enregistré une baisse de 51,6%, passant de 4.976.102 à 2.408.764. Les interventions chirurgicales majeures ont accusé la plus forte baisse (- 82,6%) en passant de 270.531 à 47.048. Au titre de l’année 2022, plusieurs actions sont prévues afin d’améliorer la prise en charge des urgences médicales, notamment à travers le renforcement des ressources humaines des urgences, l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme de formation au profit des professionnels ainsi que l’aménagement et l’équipement des SAMU. Par ailleurs, le ministère de la santé et de la protection sociale a prévu l’amélioration des services de santé par le renforcement du financement, de la gestion et de la gouvernance des établissements hospitaliers.

DMP : Un plan national de prévention contre la pénurie des médicaments

S’agissant des réalisations de la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP) au titre de l’année 2020 et du premier semestre 2021, il y a lieu de noter l’achèvement à hauteur de 95% des travaux d’aménagement des locaux du nouveau laboratoire de microbiologie. S’agissant des médicaments, la DMP a procédé à la fixation de 86 médicaments, l’homologation de 228 médicaments génériques, la baisse de 456 médicaments et la hausse de 13 médicaments.

A ceci s’ajoute la finalisation du rapport sur l’évaluation de l’impact du nouveau décret de fixation des prix des médicaments. Pour ce qui est du renforcement du contrôle du secteur pharmaceutique, le taux de réalisation des inspections des établissements pharmaceutiques industriels a atteint 30%, inspection des établissements pharmaceutiques grossistes répartiteurs (70%), inspection des officines (30%), inspection des réserves des médicaments dans les cliniques (98%), élaboration du projet de décision relative à la régionalisation de l’activité de l’inspection effectuées par les pharmaciens inspecteurs (70%).

Pour l’année 2022, la DMP prévoit la dématérialisation progressive des processus de contrôle qualité, d’enregistrement et d’évaluation des dossiers. Celle-ci compte aussi renforcer les missions de l’Observatoire national des médicaments et produits de santé en procédant à l’élaboration d’un plan national de prévention contre la pénurie des médicaments et d’une base de données permettant le suivi du stock national des médicaments et produits de santé. Parmi les autres mesures prévues figurent le renforcement du contrôle du secteur et la poursuite des actions de lutte contre le circuit illicite des médicaments et produits de santé.

Centres de transfusion sanguine : Multiplication des sites de collectes

En 2020, le nombre des donneurs de sang recensés au niveau des Centres de transfusion sanguine (CTS) et à l’extérieur dans différents établissements et institutions a atteint 296.841 personnes. Un chiffre en diminution de 11,3% par rapport à 2019 où les donneurs de sang étaient au nombre de 334.510. Cette diminution s’explique par les mesures exceptionnelles prises suite à la crise sanitaire. Cette situation a entraîné l’annulation de plusieurs campagnes de collecte de sang programmées durant l’année.
Pour faire face à cette situation, plusieurs campagnes de dons de sang ont été réalisées en 2021. Les programmes d’action des CTS en 2021 et 2020 portent sur la mise en place d’une stratégie de communication et de fidélisation des donneurs et l’amélioration de leur accessibilité aux sites de collecte. Il est aussi prévu de multiplier les sites de collectes (groupes mobiles). Il faut aussi mentionner l’acquisition d’automate au niveau du CRT de Casablanca permettant la recherche d’anticorps irréguliers chez tous les donneurs ainsi que la mise en place d’un centre d’archivage des documents papier. Il sera aussi procédé à la mise à l’automatisation des différentes étapes de collecte en vue d’une meilleure traçabilité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *