Il tue un bébé parce qu’il pleurait

Atika arrive aujourd’hui à son trente-cinquième printemps. Elle séjourne actuellement à la prison de Khouribga. Elle ne s’est jamais rendue compte des différentes phases qu’elle avait passées de sa vie. Tout est passé en un clin d’oeil comme si s’était hier.
Certes, elle ne se souvient pas du jour de sa naissance et pourtant elle considère comme un jour maudit. Parce que depuis sa naissance, elle n’a jamais vécu une seconde de joie, de gaieté, de bonheur ou de plaisir.
Elle a vécu l’apogée de la misère et de l’indigence avec sa famille. Cette dernière arrivait avec peine à avoir de quoi vivre. Le père, un journalier de son état, ne pouvait satisfaire les besoins d’une famille de huit personnes avec un salaire de misère. C’était dur pour lui. Et pourtant, il a pu les garder ensemble autour de lui jusqu’à leur adolescence. Mais plus tard, chacun de ses huit enfants a pris son propre chemin pour gagner sa vie. Il ne restait près de lui que sa fille Atika. Et le jour où la première personne est venue la demander au mariage, le père n’a pas attendu une minute pour accepter. Elle a, elle aussi, considéré cette occasion comme un don de Dieu qui vient pour la sauver de sa situation misérable. Elle s’est mariée et a accompagné son mari chez lui. Seulement elle n’a pu vivre en harmonie avec sa belle-mère et ses belles-soeurs. Son mari n’a pu supporter cet état de discordance. Et c’est elle qui paiera les pots cassés. Il l’a répudiée. Après quelques mois de mariage, Atika se retrouve près de ses parents, sans rien faire. Elle est devenue humiliée au point qu’elle ne veut plus rester chez elle. Les commentaires de ses parents se font de plus en plus durs.
Entre temps, elle fait la connaissance d’une fille. Il s’agit d’une prostituée d’une vingtaine d’années. « C’est le seul monde qui puisse te permettre d’avoir de l’argent sans peine », lui explique la fille.
Il était difficile, au départ, pour Atika d’embrasser le monde de la plus ancienne profession du monde. Mais l’indigence ne lui a laissé aucun choix. Le premier client et le deuxième et la voilà en train de commencer à s’habituer à vendre sa chair. Depuis, personne ne l’humilie. Ses parents, également, ont commencé à l’adorer et à la bénir. Avec le temps, elle est tombée enceinte et elle a accouché d’une petite fille. Au fil des jours, elle a rencontré un client qui devient un habitué de son corps. Il lui verse généreusement de l’argent. Elle a commencé à l’aimer au point qu’elle ne pouvait plus vivre une journée sans lui rendre visite ; elle passait des nuits chez lui.
Il s’appelle Mohamed ; il a trente-cinq ans, journalier de son état. Son seul défaut est qu’il boit trop. C’est ce qui l’a jetée derrière les murs de la prison de Khouribga. Comment ?
Ils passaient une nuit dans le même lit. Il était dans un état d’ivresse avancé au point qu’il ne contrôlait plus ses comportements. Soudain, la fille d’Atika a commencé à pleurer. Elle ne voulait plus se taire. Sa mère a tenté de la calmer. Mais en vain. Elle a continué à pleurer. Mohamed ne pouvait plus supporter ses cris. « Silence », crie-t-il.
Mais qui l’entendra ? La mignonne n ‘a que huit mois. Hors de lui, il la saisit par le bras et il la jette comme une serviette. Sa tête a heurté le mur de la chambre. Elle tombe raide morte.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *